•  

    ÉPISODE 7 Ce n'est qu'un au revoir

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

    Vous voyez cette expression malicieuse ? Ça, c'était le signe que quelque chose était en préparation. J'avais très vite appris à décrypter les expressions faciales de mon chéri. Avec Al, c'était limite une question de survie. En fonction de ça, je savais si je pouvais moi aussi le taquiner, lui tenir tête ou faire profil bas en lui laissant son espace. Quand il était mélancolique, submergé par une émotion, entrain de réfléchir ou particulièrement fier du coup qu'il prépare (comme ici), il avait une lueur singulière dans le regard.

     

    Par contre, si un jour, vous le voyez avec le regard fixe et dénué d'expression... un conseil: fuyez et le plus loin possible. Parce que ça signifie deux choses. Soit il est en colère (team colère froide) et il cherche tous les moyens disponibles pour vous punir pour vos méfaits. Ça passe par la torture généralement, et je peux vous assurer qu'il est sacrément créatif. Croyez-moi, vous ne voulez pas vous faire hanter à vie par Faust le hanteur et sa clique d'esprit et de veilleurs. Soit vous faites partie des gens considérés comme insignifiants (traduisez "que tu existes ou pas, ça m'importe peu") et il se mettra à rêver à toutes les façons possibles de vous tuer... sans se mouiller, car c'est tellement plus simple de laisser quelqu'un d'autre faire le sale boulot. Je crois qu'un jour, je le mettrai baron du crime. Ça lui irait tellement bien.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Enfin, la prochaine fois que je vois son air malicieux, je crois que je vais prendre l'option fuite. Clairement, je n'étais pas prête à ce qui allait m'arriver lors de cette séance de spiritisme.

     

    - Al... chéri... il y a des choses bizarres qui se passent.

    - T'inquiète. Je gère.

    - Je n'en doute pas, mais... (paniquée) Tu lévites, c'est normal ?

    - Chut et laisse-toi porter un peu. Ce soir, je vais tenter un truc hyper méga cool.

    - "hyper méga cool" ? Qui dit encore ça aujourd'hui ? Tu vis à quelle époque ?

    - La mienne. C'est la meilleure. Celle dans laquelle tout le monde devrait vivre.

    - Tss, idéaliste toi-même.

    - (ricane) on se ressemble. C'est pour ça qu'on a matché direct tous les deux. Tu es prête pour une expérience paranormale ?

    - Comment ça ? Ah mais non !

    - Au lieu de paniquer, ferme les yeux je te dis. Inspire, expire et relax.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - C'est bien parce que c'est toi...

    - Tu sais que tu peux me faire confiance.

    - Euh... c'est une question piège ?

    - Tu me fais confiance ou pas ?

    - (soupir) oui mais... hiiiiiii, chéri !

    - Chut...

    - Tu es transparent !!!

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - J'ai réussi ! Youhou !

    - Ah non, pas de youhou. Tu es mort Albrecht ! Je vais faire quoi moi sans toi ?

    - Vivant ou mort, tu crois vraiment que je te laisserais ? Désolé de te le dire, mais maintenant que je t'ai, je ne te lâche plus d'une semelle, mort ou vif.

    - Il est mort et ça le fait rire. Tu es complètement dérangé.

    - C'est pour ça que tu m'aimes avoue.

    - Non, pas vraiment...

    - Relax, on est pas mort. Je me suis souvenu des explications de p'pa sur la physique quantique. J'ai cogité dessus et je me suis dit qu'il était certainement possible d'hausser assez nos vibrations pour nous rendre impalpable temporairement. C'est trop cool ! La magie, c'est de la science en fait.

    - Comment ça "on" ?

    - Hmm ?

    - "on est pas mort"

    - Je ! Je voulais dire "je"

    - Albrecht Merlin Faust ! Tu m'as transformée en esprit ! Je te...

    - C'est ultra cool hein

    - ...DÉTESTE !!!

    - Ah non, pas la boule de cristal. Elle m'a coûté une blinde !

    - Mais... Rha !

    - Ahah, tu ne peux pas l'attraper !

    - Tu m'énerves ! Quand on redeviendra matériel, je te jure que je l'utiliserai comme projectile. J'espère que tu esquives bien.

    - J'espère que tu as appris à lancer entre-temps, je dis ça...

    - Si c'est comme ça, je m'en vais !

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Lamé, reviens...

    - Charlie a raison. Tu n'es qu'un... une sale fouine, voilà !

    - J'étais obligé de te cacher ce rituel.

    - Obligé ? Ben voyons.

    - Si je te l'avais dit, tu aurais stressé comme une dingue et seul moi me serait retrouvé spectral. Tu n'aurais pas pu profiter de cette expérience.

    - La notion de consentement, tu connais ?

    - Bien sûr que je la connais ! On a bien failli ne jamais se mettre ensemble tellement j'attendais le feu vert pour t'embrasser.

    - Pour te donner la permission, il aurait fallu que je sache que c'était toi qui m'envoyait des lettres d'amour anonymes.

    - Oui... bon... j'avoue que j'ai été un poil trop subtil.

    - Non, tu crois ? Une chance que de mon côté, j'ai fini par être un peu moins subtile.

    - (sourire béat) Je m'en souviens encore...

    - Comment un homme comme toi peut être à la fois mature et aussi gamin sur certains trucs, ça me dépasse.

    - Faut bien que le gardien et le veilleur en moi s'expriment à parts égales.

    - La bonne excuse.

    - Allez, reviens. Je vais inverser le rituel tout de suite si tu veux. Je n'ai pas envie que tu sois fâchée contre moi.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Et pour me faire pardonner, je vais t'emmener ce week-end à Del Sol Valley.

    - Comment tu as fait ?

    - Je te dis, j'ai quelques sous de côté. J'ai économisé comme un malade. Je peux me permettre de te faire des surprises.

    - Non... là, pour la rose. Comment tu fais pour la prendre ?

    - Je ne vais pas te le dire, sinon je risque de me recevoir la boule de cristal en plein sur mon pif. Déjà qu'il n'est pas très gracieux... j'aimerais éviter que tu me le casses, en cas de lancer gagnant.

    - ...

    - Mais où tu vas ?

    - CHEZ CALEB !!!

    - Mais qu'est-ce que j'ai dit encore ? Je l'invite en week-end, je lui offre une rose et elle est toujours fâchée. Je ne comprendrai jamais rien aux femmes Guidry.

    - Je crois, mon jeune ami, que tu ne comprends rien à la nature humaine tout court.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Pour une fois, Al m'a laissé extérioriser ma frustration à l'extérieur de cette maison de malheur. Mais une gaffe de sa part ne venant jamais seule... Al, penaud, avait vite inversé le rituel pour moi. Ma grande asperge était intelligent, drôle et certainement l'occultiste le plus doué de sa génération, mais... il avait un grand souci avec le timing... je me suis retrouvée, en chair et en os, en plein milieu de Forgotten Hollow, pile à côté de Vladislaus. Je crois que je n'ai jamais couru aussi vite de toute mon existence. Et j'ai failli courir dans le sens inverse, sous les crocs de Vladislaus, quand j'ai vu Al faire joujou avec tous les objets de la maison. Je lui en ai à moitié voulu, car j'ai pu remarquer que je pouvais utiliser ça pour simuler la télékinésie pour Charlie dans les âmes immortelles. Pour une fois que les expérimentations magiques de mon veilleur sont utiles...

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Pour se faire pardonner, il m'a emmené en week-end dans un motel à Del Sol Valley, l'endroit où tous les sims VIP se retrouvent. Et ce que j'avais prévu qu'il arriverait arriva. Je crois que je devrais me reconvertir médium. Voyez-vous, Al en imposait. 1m97... bon... 75kg tout habillé, mais une carrure assez large, une voix et une attitude qui lui donnait beaucoup de présence. Et avec son look, Al ne passe jamais inaperçu. Mais il avait un côté midinette refoulé qui ressortait parfois. Surtout quand il croisait des stars d'antan. Alors, imaginez l'état de mon chéri quand il s'est retrouvé en présence de Brittany Cho, grande actrice des années 70.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Il y a quelques semaines, nous avions déjà eu la chance de rencontrer Judith Ward lors d'une sortie à San Myshuno. Il s'avère que la grande Judith avait rendez-vous ce soir là avec... Vladislaus. C'était tellement improbable qu'Albrecht est resté sans voix durant de longues minutes. Honnêtement, on était loin de s'imaginer que Vladislaus, vampire austère et plutôt posé, ait des rencards avec des actrices, et pas la plus moche en plus.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Judith Ward était connue pour être une diva inaccessible et Albrecht était bien déterminé à profiter de ses relations avec le comte vampire pour obtenir un souvenir. Judith a refusé l'autographe malgré tout, mais il a eu droit à des photos, ainsi qu'une longue conversation avec elle. Enfin, c'est plutôt elle qui a dû supporter les longs monologues de mon chéri.

     

    - Alors, si vous pouviez prendre cette pose, comme ça. Génial Judith, ne bougez plus, vous êtes parfaite !

    - Bien entendu que je suis parfaite. Quelle évidence !

    - Maintenant que je sais votre secret, je comprends comment vous êtes restée belle aussi longtemps. Moi qui croyait à de la chirurgie esthétique.

    - (chuchote) et c'est quoi son secret ?

    - Avoir dans ses amants un vampire.

    - (interloquée) De quoi ?

    - Nan rien... et voilà, c'est parfait.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Vladislaus, mon cher, votre petit protégé a intérêt à être aussi bon que vous me l'avez vanté.

    - Albrecht a un don pour la photographie mon amie.

    - J'ai fait ce que j'ai pu avec mon portable, mais ça rend pas si mal. Garanti sans filtre.

    - Mais c'est incroyable ! Quel talent vous avez.

    - Imaginez ce que je peux faire avec mon matos habituel. Une séance en studio un de ces quatre, ça vous dit ?

    - Si vous êtes capable de me rendre encore plus belle que je ne le suis là, ce sera avec plaisir.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Albrecht, je t'apprécie grandement mon garçon, mais...

    - Oh oui, j'ai compris. Je m'en voudrais de gâcher une soirée romantique.

    - Enfin chéri...

    - Oh, ça va. Si je ne peux plus taquiner mon tonton adoré.

    - J'ai été ravie de faire votre connaissance.

    - Mais moi de même Judith.

    - Si tous les jeunes hommes étaient aussi cultivés et de bon goût que vous. Vous avez de la chance d'avoir un mari aussi délicieux.

    - Je vous le prête une semaine et vous me direz si vous me trouvez encore chanceuse à ce moment-là.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Cet épisode à San Myshuno m'avait montré les talents de charmeur de mon homme, mais ici... avec Brittany Cho, je le voyais sous un tout autre angle. Une véritable groupie. Sur le moment, j'avais peur qu'il soit déçu. Ici, il n'y avait pas Vladislaus pour nous présenter. Mais à ma grande surprise, madame Cho était totalement accessible et profondément sympathique. Non seulement ils ont énormément parlé ensemble, mais en plus, il a eu droit à un autographe.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Et en prime, un selfie. Je commençais par croire que mon mari était né avec une sacrée bonne étoile au-dessus de son berceau. Parce que là, ce n'était plus du hasard, mais de la chance insolente. Bref, le week-end commençait superbement bien. Voir Al sourire réellement, avec cœur, et non pour faire "comme si", ça n'avait pas de prix.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Et une bonne nouvelle ne venant jamais seule...

     

    - J'y crois pas ! Elle m'a signé un autographe. Regarde !

    - Jolie photo. Elle est encore plus belle en vrai ceci-dit.

    - Ça, on l'encadre en rentrant et on l'accroche au mur !

    - Dommage que Judith ait refusé la dernière fois.

    - T'inquiète. J'arriverai bien à la faire céder, contre quelques photos la faisant paraître 20 ans de moins.

    - Tu as un contrat avec elle ?

    - Nop, par contre...

    - Quoi ?

    - Devine qui a eu son certificat d'enquêteur paranormal.

    - Tu... ce n'est pas une blague j'espère ?

    - Guidry et moi, on voulait te faire la surprise (sors le papier) je suis officiellement diplômé médium.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - C'est génial ! Je suis si fière de toi. Je suis certaine que ton père sera ravi de la nouvelle.

    - Hmm...

    - J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ?

    - Non... ça va...

    - Je connais cette lueur toute triste.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - (soupir) J'aimerais que ma maman soit fière de moi.

    - Elle est fière de toi. Elle t'aime énormément tu sais.

    - Hmm...

    - Qui pourrait ne pas t'aimer ?

    - Je peux te faire une liste longue comme le bras si tu veux.

    - Oui, enfin si tu me listes tous les sales rats sans lesquels le monde se porterait mieux aussi... Ceux-là, ils ne comptent pas dans le décompte.

    - Je lui en veux d'être partie alors que j'avais besoin de ma maman.

    - Je sais...

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Je sais que ce n'est pas pareil, mais moi, je suis fière de toi.

    - Tu crois que nos enfants le seront aussi ?

    - Euh... comment ça nos enfants ?

    - Si on fonde une famille, on ne va pas faire les choses à moitié. Il faut au moins 3 ou 4 Faust de plus dans ce monde.

    - Un, ce sera déjà bien. De toute façon, hors de question de faire des enfants dans une bicoque hantée.

    - Vu que tu en parles... on va pouvoir ressortir les cartons.

    - Al, qu'est-ce que tu as manigancé encore ?

    - J'ai juste pris quelques rendez-vous pour visiter des locations à San Myshuno. Tu vois, j'ai retenu ce que tu m'as dit sur le consentement.

    - (rire) je râle souvent, mais j'irais n'importe où avec toi.

    - Même dans la jungle tropicale, avec les serpents ?

    - Oui bon... presque n'importe où.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    En attendant de pouvoir acheter un bien, c'était à San Myshuno que nous allions vivre une vie relativement paisible. En tout cas, elle sera certainement mieux que celle qu'on s'est coltiné des semaines à Forgotten Hollow.

     

    Après quelques visites, nous avons arrêté notre choix sur un appartement dans le quartier des épices. C'était le coin le plus animé, avec un marché sur la place et des brocantes tous les premiers dimanche du mois. L'appartement était plutôt bien agencé, malgré les souris et cafards qu'il faudrait déloger, et les soucis de conformité. Mais on savait qu'on ne resterait pas bien longtemps ici. Enfin, moi je le savais. Albrecht était profondément attaché à Windenburg, mais surtout à Meinhard et Agnès.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Il était temps de laisser cette vieille bicoque hantée faire sa vie sans nous. Guidry nous manquerait, mais quelque chose me disait que ce n'était juste qu'un au revoir. Un jour, il ferait à nouveau partie de notre vie. Que serait une famille Faust sans son fantôme attitré ?

     


    3 commentaires
  •  

    ÉPISODE 6 : CRISE DE COUPLE

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Depuis cette magnifique déclaration au festival de l'amour, je voyais la vie en rose. Au point d'être comme un poisson dans l'eau à Forgotten Hollow et d'avoir fait copine-copine avec la plante vampire carnivore que mon chéri avait planté sur le terrain. Enfin... valait mieux que ce soit moi qui m'en occupe vu que Albrecht se nourrit inconsciemment en énergie sur les plantes dès qu'il les touche. Ce qui les amène à dépérir très vite. Bref, la vie était belle..

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Non mais qui je crois leurrer là ? Vivre à Forgotten Hollow, je vous jure, c'est uniquement bien quand vous y jouez sur votre ordinateur en faisant vivre vos petits sims. Quand c'est vous qui y êtes, vous vous rendez compte à quel point vous avez torturé vos pauvres petits bouts de pixels. J'étais un monstre ! Je me suis dis que le karma s'était largement chargé de rééquilibrer la balance. Entre Caleb qui me faisait peur avec ses crocs (et pourtant, ce sim est une véritable pépite de gentillesse et de prévenance), la menace du terrible comte Straud (parce que ma version relookée, je peux vous dire qu'elle fiche la trouille quand on la croise...), sans compter les fantômes de la maison. C'était le pompon. Et puis, il a fallu que je rencontre un de mes personnages qui est venu chambouler toutes mes certitudes.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Hey, copine ! Lamé !

    - Hmm ? Oh euh...

    - Tu te souviens de moi quand même.

    - Qui pourrait oublier Queen Latifah.

    - Cache ta joie de me voir...

    - Ce n'est pas ça, c'est que...

    - C'est pour Faust, c'est ça ? Tss, tu crois vraiment que ça me fait quelque chose ? Ce n'est pas comme si j'en avais été amoureuse de toute façon.

    - (chuchote) Ben voyons

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Vu la tête que tu tires, je suis même très heureuse qu'on ne soit jamais sorti ensemble. Je savais qu'il était horrible à vivre.

    - Oh non, Albrecht est très bien. Gentil, prévenant, il fait sa part à la maison, bref tout roule. Faut juste un peu composer avec son côté taquin.

    - Alors, je ne comprends pas...

    - C'est ici, là, ce lieu !

    - Tu n'arrêtes pas de dire que Forgotten Hollow est ta ville préférée du jeu.

    - Oui, elle l'est, mais pas pour y vivre figure-toi. A l'avenir, je n'installerai que des vampires ou des êtres surnaturels ici. Ça fiche les jetons. Al et moi, on a beau avoir des pouvoirs, ça ne me rassure pas pour aut...

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Des pouvoirs tu as dit ?

    - Oui. On a été à Glimmerbr...

    - Dis-moi pas que c'est pas vrai s'il te plaît...

    - Bah si. Pour découvrir la compétence médium, c'était plus rapide pour moi de mettre Al sorcier.

    - Je comprends mieux pourquoi tu aimes Faust à la folie. Tu es aussi dingue que lui. Tu as donné des pouvoirs à Faust !

    - Je ne vois pas le problème...

    - De VRAIS pouvoirs. Qu'il peut utiliser sur tout le monde. Tu n'en as pas donné au gourou du contrôle mental au moins ?

    - Non... C'est vrai ça, faudra que...

    - Nooooon surtout pas ! Tu veux tuer tous les sims de ta partie ? Avec Faust, ça suffira, crois-moi.

    - Al est à moitié gardien. Il ne tuera p... oh oh... oh non...

    - Oh si...

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Je me suis rendue compte que j'avais fait une énorme bêtise. Que ce soit pour vivre dans cette maison hantée alors que j'étais une flipette, mais aussi d'avoir donné à l'idée à Albrecht de devenir sorcier... tout ça pour faciliter la montée d'une compétence. Pour les pouvoirs, j'ai fini par me rassurer. Je savais qu'avec tout mon amour et ma patience, Albrecht ferait toujours en sorte de ne pas exagérer et éviter de faire du mal aux autres sims. Du moins ceux qui étaient bienveillants. Pour les autres... ça allait être difficile de l'empêcher de partir en vendetta et de les punir.

     

    Par contre, pour le reste...

     

    - Ah, cette petite sieste m'a fait le plus grand bien.

    - Hmm...

    - Bah, ça ne va pas ?

    - (se lève)

    - Mais... Mémé ?

    - Ne m'appelle PLUS jamais Mémé.

    - Mais... qu'est-ce que j'ai fait ? Mais... Lamé !

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Bon... Je suis grand, si tu as un truc à me dire, tu sais que tu peux le dire. Je ne vais pas me fâcher.

    - Ah non, ne commence pas à me regarder comme ça.

    - Comme quoi ?

    - Avec l'air innocent que savent prendre les hommes de ta famille. Ton père fait la même !

    - Tu ne vas pas me reprocher d'être son portrait craché quand même ?

    - Je te reproche surtout de m'amadouer pour que je reste dans cette fichue maison.

    - C'est moi qui ai halluciné, ou c'est toi qui est rentrée toute seule ici, de ton plein gré, en pleine nuit ?

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Parce que je n'en peux plus de camper. Je déteste ça.

    - Si tu veux, on peut faire une chambre ici. On n'a pas besoin d'un salon.

    - Ah non !

    - En attendant qu'on puisse déménager, c'est soit ça... soit tu dors dans la tente.

    - Avec ton serpent que tu as caché délibérément ?

    - Euh... je peux t'expliquer...

    - C'est ça oui ! C'est donc ça que tu avais ramené de Glimmerbrook l'autre jour. J'ai dû appeler Caleb en catastrophe pour qu'il me vire cette chose d'ici. Tu sais que j'ai la phobie de ces bestioles.

    - Rho, mais ce n'est qu'une toute petite couleuvre inoffensive.

    - Petite ? Tu as vu sa taille ! Et s'il n'y avait que ça, tu veux qu'on en parle de Tempérance ?

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Vous vous souvenez de l'esprit que Al avait collé quelques temps au bas-astral ? Eh bien, moi je m'en souviens très bien. Après une semaine ou deux, Albrecht avait décidé de la sortir de là, pensant qu'elle aurait compris la leçon. Elle est surtout revenue enragée, parce qu'une semaine ou deux dans le bas-astral équivalent à largement plus de temps que sur terre. Elle était bien décidée à investir cette maison pour se venger. Tout y passait : ampoules qui éclatent, tentures qui bougent, air froid sur la peau, main dans les cheveux quand tu ne t'y attends pas, ... Bref, la totale... comme je l'avais prédit. Comme quoi, moi aussi je peux être une grande médium comme mon chéri.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Albrecht, qui n'a évidemment peur de rien, a décidé de l'ignorer, voire d'en rire. Eh bien moi, je peux vous dire que je ne rigolais pas. Elle me faisait clairement peur, surtout quand elle arrivait à sentir quand j'étais haute en vibration pour m'apparaître comme je peux vous voir vous. Entre Guidry et elle, j'étais servie. Mon petit cœur allait finir par me lâcher.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Tu te rends compte que la dernière fois, son visage est apparu à ça de moi !

    - C'est hyper cool ma petite étoile ! Ça veut dire que ton don évolue.

    - J'ai atteint le point de non-retour Albrecht ! Soit on quitte cette maison très vite, soit je te retourne comme une crêpe avec ma baguette magique ! C'est clair !

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Tss, sois sérieuse un peu. L'autre jour, je t'ai éclatée au sol avec mes pouvoirs.

    - Je peux très bien y arriver !

    - Faudra t'entraîner énormément pour ça...

    - Rhaaaaa !

    - Mais Aïe, ça fait mal ça ! Mais... chérie, tu peux arrêter de me taper s'il te plaît ?

    - Il n'y a pas de chérie qui tienne pour ce soir. Je vais dormir chez Lilith et Caleb !

    - Comment ça chez Caleb ? Je ne suis pas d'accord ! Reviens ici.

    - (claque la porte)

    - Dispute d'amoureux ?  Si je puis me permettre, ...

    - Quoique tu allais dire Guidry, ta gueule...

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Le lendemain, dès la première heure, Al est venu me rechercher chez Caleb, mais j'étais déjà partie faire un tour avec Lilith hors de Forgotten Hollow pour me changer les idées. J'avais pleuré toute la nuit et j'avais un peu honte de revoir mon chéri après lui avoir fait une scène digne de grandes représentations... Avec mon hypersensibilité, j'étais clairement une drama queen qui s'ignorait.

     

    Par contre, ma scène d'hier allait mettre ce pauvre Caleb dans une mauvaise posture.

     

    - (froidement) A ton tour...

    - ça va être vite réglé. Les échecs, ce n'est pas vraiment mon truc.

    - Tu te fous de moi ? T'es assez intelligent pour me battre.

    - Tu aurais dû demander à Dracula si tu voulais du challenge.

    - Lamé ne l'a pas installé dans cette partie.

    - Dommage... j'aurais pu en profiter pour essayer de décrocher une nuit avec lui.

    - Arrête avec ça tu veux ? Il est avec Mina. C'est moche ce que tu fais.

    - Tu veux bien arrêter d'être désagréable gamin.

    - Hey, je ne suis plus un gamin.

    - Tu seras toujours un gamin pour moi avec notre demi-siècle de différence.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Je suis peut-être un gamin, mais moi au moins, je ne pique pas la femme des autres !

    - Dracula est un homme, hétérosexuel qui plus est... Si tu me laissais rêver un peu à l'homme que je n'aurai jamais.

    - (boude) La tromperie c'est moche.

    - Si tu me disais clairement ce que tu me reproches, ça irait plus vite.

    - J'en ai marre que tu t'accapares ma femme !

    - Nous y voilà. Déjà, c'est toi qui accapares Lamé, nuance.

    - Genre !

    - Elle ne voit que par toi. Arrête de flipper comme ça.

    - Tu pourrais très bien me la piquer.

    - Je ne suis pas son genre.

    - Physiquement peut-être, mais tu es ultra gentil et tendre. Lamé, c'est ça dont elle a besoin dans une relation.  Un homme prévenant et posé.

    - Vu que tu lui donnes de la tendresse, je ne vois pas pourquoi elle irait en chercher chez moi.

    - (rumine)

    - Pour ta gouverne, elle était très mal hier. Lilith a eu du mal à lui remonter le moral.

    - Je le sais bien qu'elle était très mal ! Je taf comme un malade pour décrocher le certificat d'enquêteur paranormal, mais Guidry se fait un malin plaisir de ne pas me le donner. A croire qu'il le fait exprès.

    - Et le serpent par contre, tu m'expliques pourquoi ? Ta femme est ophiophobe. Tu as quoi dans le crâne ?

    - C'est que... il était tout mignon avec sa petite tête. Je n'ai pas réfléchi.

    - (soupir) Lamé est mariée avec un gosse...

    - Mais !

    - Tu as raison finalement. Tu aurais dû me la laisser. Je suis adulte moi au moins.

    - T'es un vieux schnock déguisé en bellâtre oui !

    - Si tu veux que Lamé revienne, il faudra bouger de cette maison et très vite.

    - Je cherche déjà un appart' figure-toi. Je fais le tour des annonces avant d'aller en visiter avec elle et la petite.

    - La petite ?

    - Ouais... Lamé et moi, on a croisé une petite fille à San Myshuno. J'ai fait mes recherches et il s'avère qu'elle a été prise en charge par la protection de l'enfance. Elle vit dans un foyer compliqué.

    - Compliqué comme ?

    - Comme Jamal a vécu avec son père.

    - Violence conjugale, je vois... Et la mère de la petite ?

    - Elle est un peu paumée, donc ils comptent placer la gamine. Va savoir où elle va tomber...

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Je ne peux pas te contredire sur tes craintes, vu ce que Lilith et moi avons vécu à l'époque. Sans compter Anastasia à son orphelinat et les nombreux témoignages de gamins placés chez des gens douteux.

    - Je suis désolé.

    - Désolé de ?

    - Je t'ai rappelé tes parents.

    - Mes parents adoptifs me manquent c'est sûr. Ils sont morts d'une horrible façon, mais c'est ainsi. S'ils avaient profité plus de leurs privilèges de noble, ils ne seraient jamais morts de la peste. Leur bonté les a perdu.

    - Tu en veux à tes vrais parents de vous avoir abandonnés ?

    - Du tout. J'ai toujours compris pourquoi ils l'avaient fait. Pour moi, ce n'était pas un abandon, mais un sacrifice. Je sais à quel point ça a été dur pour eux. Par contre, c'est un sujet très sensible pour Lilith. Évite d'en reparler devant elle s'il te plaît.

    - Comme c'est un sujet sensible pour ta fille adoptive ?

    - J'essaie de rattraper mes erreurs avec Myria et Lorenz.

    - Tu t'en sors très bien.

    - Mouais... je suis comme Charlie. Moi et les gamins, ça fait deux. J'ai toujours peur de mal m'y prendre. Al ?

    - Ouais ?

    - Écoute mon conseil et vire vite de Forgotten Hollow. Ce n'est pas un endroit pour une humaine, qu'elle ait des pouvoirs ou non.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Al avait médité sur le conseil de son ami et il m'avait emmenée quelques jours à San Myshuno. On aurait très bien pu s'inviter chez Charlie, mais Al avait préféré utiliser le peu d'argent de côté qu'il avait pour qu'on aille dormir à l'hôtel. Je lui avais pourtant assuré que ce n'était pas nécessaire et que je ne lui en voulais pas du tout. En bonne naïve que j'étais, je pensais qu'il voulait me faire plaisir, ignorant tout des démarches qu'Albrecht faisait dans mon dos pour un appart' et pour devenir famille d'accueil pour la petite Corinna.

     

    - ça te dit qu'on mange ici ce midi ?

    - Tu es certain qu'on peut se le permettre ?

    - Mais oui. De toute façon, tu ne peux pas cuisiner à l'hôtel.

    - Pas faux...

    - C'est agréable d'être en ville.

    - Dis celui qui a vécu toute sa jeunesse dans la bourgade de Windenburg

    - Je me sens bien partout. Je n'ai pas de préférence pour la ville ou la campagne. Tant que je m'amuse.

    - Je préfère clairement la ville. Avoir tout à portée, je trouve ça mieux. Les kilomètres en voiture, non merci. Ça me gonfle.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Tu as déjà une idée où tu voudrais qu'on loue une fois que j'aurai mon certificat d'enquêteur ?

    - Je ne sais pas. J'aime la ville, mais Windenburg me plairait bien. On a tout ce qu'il faut et la ville est jolie. Puis, comme ça, tu serais près de ton père.

    - Ouais, on va attendre un peu avant de me rapprocher de p'pa. Sinon, tu vas le voir débarquer tous les jours à la maison.

    - De toute façon, pour déménager, encore faudrait-il que tu l'aies un jour ce certificat.

    - Tss... dis tout de suite que je suis nul comme médium.

    - J'aime te taquiner.

    - Hmm... sinon, ça te dérange que je te laisse un peu cet après-midi ? J'ai donné rendez-vous à quelqu'un.

    - Monsieur Faust me ferait des infidélités ?

    - Avec une gamine de 7 ans ? Sois sérieuse un peu. Si j'étais aussi cringe, divorce direct et colle-moi en prison s'te plaît.

    - Donc, tu as réussi à avoir contact avec la petite fille qu'on a croisé l'autre fois.

    - Disons que j'ai mené mon enquête.

    - C'est policier ou détective que tu devrais être, pas enquêteur paranormal.

    - Tss, hors de question de me voir avec cet horrible uniforme bleu.

    - Je suis certaine que ça t'irait très bien.

    - Uniquement si je porte un costard comme dans les polars. ça c'est la grande classe.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    En attendant, c'est son costume de sportif que mon veilleur a mis pour passer l'après-midi avec la petite. En fait, il n'était pas certain à 100% de tomber sur Corinna mais l'Univers lui a finalement été favorable. La petite avait très certainement réussi à fausser compagnie à la protection de l'enfance pour venir seule en ville. Al a profité de l'occasion pour l'inviter innocemment à une partie de basket avant de la ramener là où elle devrait être pour sa sécurité. Il aurait été totalement irresponsable de laisser une petite de cet âge seule en ville, proie facile si une personne malveillante venait à passer par là.

     

    - Et hop, tu tentes de feinter l'adversaire, comme ça.

    - Waw, tu es doué au basket.

    - Je me débrouille. Mon ami Jamal est plus doué que moi. Mon truc, c'est l'escalade.

    - Tu grimpes partout comme Spiderman ?

    - Si seulement. Ce serait tellement cool. Un jour, je grimperai le mont Komorebi avec mes amis.

    - Je pourrai venir ?

    - Mets déjà un ballon dans le panier avant de tenter les sports extrêmes.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Si je réussis, je pourrai venir ?

    - Si tu réussis, je t'offre une glace avant de te ramener là où tu devrais être surtout.

    - Mais...

    - J'ai mené ma petite enquête. C'est dangereux d'être dehors seule en ville. Tu sais qu'il y a des détraqués dehors ? Je pourrais être un détraqué.

    - Pff, mais non. Ça se voit tout de suite que tu es gentil.

    - (chuchote) si tu savais...

    - (triste) je n'ai pas envie d'y retourner

    - Je sais que c'est difficile, mais ils font ça pour ton bien. Je ferai mon possible pour que tu viennes en accueil chez nous. Ta maman pourra venir te voir si elle veut.

    - Ta copine ne sera jamais d'accord.

    - Pourquoi ?

    - Bah, elle ne dit pas grand-chose. Je pense pas qu'elle m'aimera.

    - Elle est comme ça quand elle ne connaît pas les gens. Mais je t'assure qu'elle est sympa et très drôle une fois qu'on la connaît super bien. Bon, tu me le mets ce panier ?

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Oui, j'ai réussi ! Tu as vu ?

    - Bravo Riko.

    - (fait la moue) Hmm...

    - Tu n'as pas l'air contente. C'est quoi le problème ?

    - Je n'arrive pas à mettre les mains comme toi avant de le lancer.

    - Ça viendra, t'inquiète. Tu es encore petite.

    - Je suis très grande ! J'ai 7 ans quand même !

    - Oh oui... Assez grande pour avoir droit à une glace.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Avant que tu me ramènes, on peut encore faire quelques paniers ?

    - Riko...

    - Allez, s'il te plaît. Il est tôt encore.

    - (soupir) Si tu veux.

    - Tu sais, je suis contente que tu m'appelles par mon surnom. Je n'aime pas mon prénom. Tu as un surnom toi ?

    - J'en ai même plusieurs... Ceux qui m'aiment bien m'appellent Al.

    - Et pour les autres ?

    - Ceux que j'énerve ou qui me haïssent m'appelle Faust.

    - C'est stylé pourtant !

    - Je suis bien d'accord.

     

    Episode 6 : Tempérance

     

    - Oh... c'est quoi ça ?

    - On dirait qu'il neige, c'est trop joli.

    - En automne, je trouve ça étrange quand même. Oh, voilà qui est intéressant.

    - Qu'il neige en automne ?

    - Non... Là-bas, je vois qu'il y a un appartement à louer.

    - Tu veux déménager ?

    - C'est en projet. Pour l'instant, on habite une maison hantée.

    - (rire) Les fantômes, c'est comme les vampires. Ça n'existe pas.

    - Tu serais surprise... Allez, on file se mettre à l'abri. Je vais appeler l'agence de location pendant que tu manges ta glace. Je suis certain que Lamé appréciera la surprise si j'arrive à décrocher une visite.

     

    (A suivre)

     


    2 commentaires
  •  

    ÉPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

     

     EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    La vie dans la maison hantée suivait son cours... et je trouvais ça long. D'autant plus long que j'ai fait la bêtise de sortir mon alter ego et son chéri certains soirs. Autant vous prévenir, si vous faites comme moi, ça vous rallonge le délai des 7 jours dans la maison hantée pour obtenir votre récompense. Il faut absolument être présent dans la maison à 21h tapante, sinon vous pouvez toujours attendre que les fantômes viennent vous chatouiller les pieds. Enfin, celle qui me chatouille pour le moment, c'est "Bonnie". Clairement, elle commence à se faire trop présente et j'étais sur le qui-vive en permanence. Quand elle a tenté de mettre la dose d'absinthe dans mon thé, Al a dû se rendre à l'évidence...

     

    - Bonnie, tu n'aurais pas un truc me dire ?

    - (penaude) Hmm, non...

    - Je sais que tu as mis le flacon d'absinthe dans le thé de Mémé...

    - Ce n'est pas moi, je le jure maître.

    - Hé ho, je suis un psychopathe refoulé. Je sais reconnaître un meurtrier quand j'en vois un. Et niveau discrétion, tu repasseras. Tu portes les traces de ton crime.

    - (soupirs) Bon d'accord c'est moi. Mais ça ne l'aurait pas tué maître. Je le jure.

    - Plus jamais tu ne refais ça, je te préviens. Je tiens à Lamé.

    - Plus qu'à l'ancienne maîtresse ?

    - Bien plus !

    - Le maître me pardonne ?

    - Si tu vas t'excuser tout de suite...

    - Pff... d'accord...

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    Autant je savais que Bonehilda ne ferait strictement rien à son maître chéri, autant pour Coco Couette... j'ai commencé à avoir des doutes... Doute balayé très vite par Al qui me dit que je vois le mal partout, que les esprits l'ont toujours kiffé, et que de toute façon, ils ne pouvaient pas lui faire grand-chose. Bref, Al adorait Coco mais depuis le coup de la serpillière, il était clair pour moi que ce petit spectre taquin préparait un coup en douce.

     

    - Hey Coco, viens, j'ai un truc pour toi.

    - Un cadeau. Coco aime les cadeaux !

    - Ce sont des brownies faits par mon père. Tu vas voir, ils sont super bons.

    - Oui, du chocolat ! Moi aussi, j'ai quelque chose pour le maître.

    - Ah bon ?

    - Coco a trouvé ça. Je pense que le maître va aimer.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Oh un cupcake ! Il a l'air trop bon. Merci Coco ! Mon père refuse toujours de m'en faire.

    - (ricane) De rien maître.

    - (sort de la tente) Mais... tu manges quoi là ?

    - Un cupcake !

    - Depuis quand ton père en fait ? Il me semblait qu'il détestait ça...

    - C'est Coco qui me l'a donné.

    - Coco ? Arr...

    - A l'attaque !

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - (rire) C'était tellement bon ! J'en veux encore !

    - Moi, à ta place, je ne mangerais plus rien venant de Coco...

    - (rire) pourquoi ? Ahah, je me sens trop bien.

    - Tu ris comme une hyène Al. Tu sais ce qui est arrivé aux hyènes dans le film "Qui veut la peau de Roger Rabbit ?"

    - Bah, elles sont mortes. Faut dire que (rire) elles étaient un peu con quand même.

    - S'il n'y avait que le rire de hyène... Tu ressembles à Clochette.

    - Comment ça à Clochette ?

    - Tu scintilles en rose flash et vert... Enfin, vérifie par toi-même.

    - (horrifié) Rose tu as dit ? (fonce dans la maison)

    - Je parie qu'il va hurler dans 3... 2...

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - AHHHHHHHHH ! Je suis tout rose. Ahhhh mais quelle horreur ! Coco, viens ici tout de suite !

    - (rire) Le maître a aimé ma petite farce ?

    - Je hais le rose ! Reviens ici tout de suite !!!

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    Entre les tentatives de meurtre de Bonehilda et Coco, Al et moi avons décidé de passer une nuit très loin de notre logement en allant au festival de l'amour. Je n'ai pas pu m'empêcher de vérifier plusieurs fois ce qu'il y avait dans mon thé. Mais j'étais tranquille ici. Ce thé aux fleurs de Sakura était super bon, doux et sucré. J'aurais pu en boire des litres ! Al, de son côté, a cherché un bon café Latte après m'avoir dit que le thé, c'était pour les vieilles mamy. Quand il a vu que la vieille mamy allait lui coller son thé dans la tronche, il a fui vite fait...

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    En attendant son retour, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir le gourou de l'amour. Je me suis dis sur le coup que ce serait rigolo, mais en fait, la séance a tourné d'une étrange façon.

     

    - Bonjour ma... mademoiselle ?

    - J'aurais bien aimé, mais c'est Madame.

    - Ah, vous êtes mariée.

    - Disons qu'un grand rigolo a réussi me faire changer d'avis sur le mariage.

    - Qu'avez-vous envie de savoir mon enfant ?

    - Hmm.. je ne sais pas trop. J'étais un peu venue par curiosité. Juste savoir mon avenir sentimental, ce qui va se passer dans les prochains temps... histoire d'être rassurée. J'ai eu un passé sentimental compliqué avant mon mari.

    - Je vois. Je ressens que... oh mon dieu !

    - Quoi ? Je devrais divorcer avant de souffrir, c'est ça ?

    - Votre mari. Il est sombre. Je ressens beaucoup de noirceur.

    - (rassurée) Ah, ça c'est normal. C'est le fils de Lucifer.

    - (étonné) Pardon ?

    - Oui enfin, c'est compliqué. Lors de sa conception, un gardien et un veilleur ont mis leur essence respective sur les parents biologiques de mon amoureux. Ce qui fait qu'il est à la fois gardien et veilleur.

    - Gard... quoi ?

    - Il est mi-ange, mi-démon si vous préférez. Mais pourquoi je vous ai dit tout ça moi ?

    - Je... oui, hmm... je vois qu'il vous fera une surprise très bientôt. Je dirais même une surprise ce soir-même.

    - Oh, je n'en doute pas. Albrecht est un homme surprenant.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    Évidemment, cet entretien avec le gourou de l'amour avait réveillé chez moi des choses que j'aurais préféré oublier...

     

    - Alors, la petite vieille a bu sa verveine ?

    - Hmm ? Oui...

    - Houla, cet air tout triste. Mais qu'est-ce qui se passe ? Je t'ai vraiment blessé avec ma vanne pourrie ?

    - Non, ne t'inquiète pas. Je suis allée voir le gourou de l'amour.

    - Oh, laisse-moi deviner : "Je vois... que vous êtes avec un mauvais garçon et qu'il vous laissera le coeur en miettes, après vous avoir utilisée"

    - Oh non, il a juste dit que tu étais sombre.

    - C'te scoop. C'est pas comme si je te l'avais caché.

    - Non mais, j'aurais pas dû aller le voir. En fait, je comptais être rassurée... mais je pense que je suis la seule à pouvoir me rassurer sur... l'amour en général.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Figure-toi que moi aussi je suis allé le voir.

    - Tu voulais savoir si tu avais bien fait de changer de partenaire ?

    - Très drôle. Par contre, je suis certain que ce qu'il a dit va te rendre le sourire.

    - Essaie pour voir.

    - Il a dit que tu venais de la troisième étoile après Sirius.

    - (petit sourire) J'ai toujours su que j'étais née sur la mauvaise planète.

    - Tu es un être interstellaire ma Lamé. Je trouve ça trop mignon. D'ailleurs, j'ai un petit truc pour toi.

    - Je sais.

    - Comment ça tu sais ? Je suis très discret quand je veux... Me faire préparer une surprise, c'est le seul moyen pour me faire taire d'ailleurs.

    - Non mais, c'est le gourou de l'amour. Il m'a dit que tu allais me faire une surprise.

    - Tss, il l'a gâchée du coup.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Alors, attends. Rha, ça ne veut pas sortir de ma poche.

    - Tu as écrit tout ça ?

    - Bah oui... Je sais que j'ai une bonne mémoire. Mais quand même.

    - Tu es certain de pouvoir te relire avec tes pattes de mouche ?

    - Tss, tais-toi et profite un peu. Tu as eu beaucoup d'hommes qui t'ont écrit une déclaration d'amour ?

    - Hmm... non, tu es le seul.

    - Ah, tu vois. (s'éclaircit la gorge) Lamé, ma petite étoile interstellaire... bon, le interstellaire, je viens de le rajouter.

    - (sourit) Tu vas commenter chaque phrase ?

    - Chut... Lamé, ma petite étoile, depuis que je suis enfant, j'ai toujours rêvé de rencontrer LA personne avec qui faire toute ma vie. J'ai cherché longtemps... j'ai cru trouver, pour me rendre compte que je m'étais trompé. Il me manquait toujours quelque chose... ce petit truc qui me faisait dire à l'intérieur de moi que j'étais complet et enfin bien. Et puis, un jour, nos routes se sont croisées.

    - (essuie une petite larme)

    - Ah mais non, pleure pas. Je pensais que ça te rendrait ta bonne humeur.

    - Je suis juste émue abruti. Continue.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - J'ai mis longtemps à admettre que tu étais la personne dont mon âme avait besoin. Lamé, sache que je t'aime plus grand que l'univers... plus grand que l'infini... et bien plus que mon pot de Nutella. Si je devais aller sur une île déserte, je serais capable d'oublier ma friandise préférée car ma friandise préférée c'est toi. Tu es l'addiction dont je ne pourrais plus jamais me passer. 

    - (perplexe) Je... plus que ton pot de Nutella ?

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Bah quoi. C'est un compliment j'te ferais dire.

    - J'ai été comparée à un pot d'huile et de sucre.

    - J'y suis accroc à ce combo d'huile et de sucre figure-toi.

    - Tu es impayable. Il y a bien que toi pour réussir à caser une vanne dans une déclaration d'amour.

    - Ce n'était pas une vanne mais un avant-goût de ce qui t'attend ce soir. (sourire en coin) Je compte mixer ensemble mes deux addictions.

    - Avec Bonnie et Coco couette en embuscade pour nous assassiner dès qu'on sortira de la tente. Désolée, mais non.

    Oh, s'il n'y a que ça (sors une clé)

    - (surexcitée) On déménage ?

    - Euh non, j'ai juste pris une chambre d'hôtel pour cette nuit.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Tout sauf me retrouver dans cette fichue maison hantée.

    - Oh, moi qui voulait t'emmener faire le tour des châteaux hantés en Ecosse.

    - Avec un protecteur tel que toi, j'irais partout.

    - Bah là, c'est pas ultra romantique, mais ce sera direction San Myshuno, quartier des arts.

    - Ce sera très bien. Tu es adorable.

    - Je sais.

    - (chuchote) Oh, tiens. Ça fait longtemps.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Salut vous deux.

    - Hey Momo. Arf, le rose, c'est fadasse sur toi.

    - Ouais je sais... Mais j'avais envie de changer. Je fais peur aux mecs avec mes fringues dark.

    - T'es vilain Al. Ça lui va pas si mal.

    - Merci Lamé, c'est gentil. Ça va vous deux ?

    - (timidement) Euh oui... Je...

    - Relax Lamé. Franchement, Luna et moi, on n'a jamais été copines. Ça me gêne pas que vous soyez ensemble perso.

    - Oui mais... j'ai des remords quand même.

    - Tss, j'étais déjà séparé de Luna de toute façon. Arrête avec ça.

    - Je suis contente que Faust ait retrouvé quelqu'un. Ce grand rigolo a besoin qu'on prenne soin de lui.

    - Tss... et toi, qui prends soin de toi ?

    - Pas Caleb en tout cas. Il est tombé en panne d'énergie en plein milieu du festival.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Ah, c'est bête ça. Il a dû chopper quelque chose.

    - Oh non... Al...

    - (petite voix) Oui ?

    - La façon dont tu l'as dit t'a trahi...

    - (rire) D'accord, c'est toi. Je vous laisse. Je vais chercher un autre mec pour profiter de ma soirée. Salut les amoureux.

    - Bye Momo.

    - Tu ne peux pas t'en empêcher. Tu es incroyable.

    - Au moins, il ne s'est pas mis entre-nous cette fois-ci. A Strangerville, il le faisait tout le temps. C'était terriblement agaçant.

    - Monsieur Faust, si vous voulez profiter de notre nuit à l'hôtel, vous allez lui rendre ce que vous lui avez pris et tout de suite. Et je te vois venir. Tu lui rends tout...

    - Je peux en garder juste un tout petit peu... allez...

    - Non. Quand je dis tout, c'est tout.

    - Pff...

     

     EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Voilà, c'est fait...

    - Tu es sûr que tu as tout rendu ?

    - Tu vas bien devoir me faire confiance.

    - Je suis certaine que tu en as gardé. Ton sourire en coin te trahit.

    - Tss, faut que je travaille ça. Ma bouche parle pour moi.

    - Et les yeux aussi.

    - Je peux bien mentir quand je veux.

    - Nop... quand tu bluffes, tu as les yeux fixes et froids.

    - Tu me connais trop bien. J'ai bien fait de t'épouser.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Oh, tu es trop mign...

    - Houla, avant d'être émue, j'allais dire que ça m'évitait de devoir te supprimer.

    - (rire) J'en peux plus de toi.

    - Ah mais je ne rigole pas. Tu es percé un de mes secrets. J'aurais été obligé de te faire taire.

    - (rire) Il y en a pas deux comme toi.

    - Oh... je peux toujours me dédoubler avec mon pouvoir si tu veux.

    - Je retire ce que j'ai dit. Un seul Al me suffira pour ce soir.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Tu as vu qu'on était près d'une arche de mariage ?

    - Blanc et rose oui.

    - Il pourrait être plus joli, mais c'est un détail ça (sort quelque chose de sa poche)

    - Mais...

    - Je sais que tu as déjà une bague, mais par contre, pas ces boucles d'oreilles.

    - Oh elles sont trop belles ! Je les voulais tellement ! Comment tu as su ?

    - J'ai mes petits secrets.

    - Tu me stalkes sur les réseaux... tu devrais avoir honte chéri.

    - Si ça me permet de te faire de jolis cadeaux, je continuerai à faire l'espion.

     

    EPISODE 5 : PLUS QUE LE NUTELLA

    - Joyeuse Saint-Valentin ma Lamé

    - Oh tu es trop adorable. Je n'ai pas prévu de cadeau...

    - J'en ai déjà eu hier, c'est bon. Je vais pas être fêté deux jours de suite. Puis... je t'ai toi.

    - Tu es trop mignon.

    - Tu me rediras ça quand je t'aurai parlé de mes dernières manigances.

    - Hein ?

    - Je t'expliquerai tout ça en temps et en heures. En attendant, profitons ensemble de cette bulle temporelle rien qu'à nous.

     

    ( à suivre )

     


    7 commentaires
  •  

    ÉPISODE 4 : SANS FAMILLE

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Après avoir parlé à la mini fantôme, Al et moi nous sommes mis à la recherche de la petite Riko. Mais malgré le portrait robot que nous avions d'elle et quelques informations nébuleuses de localisation, elle était introuvable. A croire qu'elle n'existait pas... Ou du moins, on finissait par se demander si la petite en question n'était pas invisible à nos yeux... que ce soit par magie ou si la demoiselle était déjà elle-même un fantôme.

     

     

     

    Nous avons donc mis en place un conseil de guerre avec Guidry pour trouver une solution.

     

     

    - Avec les cartes, ça a donné quoi ?

    - Ça parle d'endroits avec pleins de monde, donc a priori on aurait dû la trouver dans une des villes environnantes.

    - J'ai appelé les écoles également et aucune petite à ce nom. C'est louche quand même...

    - Vous croyez que le fantôme vous aurait menti ?

    - De mon ressenti, elle me semblait sincère.

    - Pareil. Oh mais je suis con des fois. J'ai une idée !

    - Si tu en as une en stock, je suis preneuse. J'en ai mal à la tête de chercher à l'aveugle.

    - Si on a du mal à la trouver, il faut l'amener à nous.

    - Et comment tu veux faire ça ?

    - Avec un sort pardi ! (écrit vite fait) Voilà !

    - (regarde) Mais il faut être quatre... Nous ne sommes que trois avec Guidry.

    - T'inquiète, j'ai un quatrième sous la main.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Je pensais qu'il parlait de Caleb qui, même s'il n'était pas autant versé que Al dans les arts magiques, se débrouillait pas mal vu son ascendance avec la première éveillée. Mais au lieu de ça, Al a demandé l'assistance d'un de ses nombreux serviteurs. Et ce veilleur était plutôt une servante qui répondait au « doux » nom de Bonehilda.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - Faust le hanteur a-t-il besoin de mes services ?

    - Hey salut Bonnie ! Tu arrives pile au bon moment. Je te présente Guidry.

    - Madame... Ravi de faire votre connaissance. Vous êtes ravissante.

    - Quel charmeur. Il me plaît bien. Par contre, je ne connais pas la demoiselle.

    - C'est Lamé, mon épouse.

    - Oh, c'est vous la nouvelle reine.

    - (gênée) il paraît oui...

    - C'est étrange... vous avez une aura très lumineuse pour une reine du bas-astral.

    - J'ai toujours aimé les femmes lumineuses.

    - Que puis-je faire pour vous maître ?

    - Un petit rituel pour amener quelqu'un à nous, ça te branche ?

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - C'est parti. On se concentre.

    - On est censé faire quoi ?

    - Penser au résultat final. Je vous conseille tous de visualiser Lamé et moi qui rencontrons la petite.

    - Ça devrait le faire.

    - Au fait, Bonnie, évite de...

    - Hiiiii !

    - Trop tard... désolé chérie.

    - Faites-moi descendre ! Avant que je ne tombe moi-même de cette chaise volante !

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Très vite, j'ai soupçonné « Bonnie » de l'avoir fait exprès... Elle avait une façon de se comporter avec mon veilleur qui ne laissait aucun doute sur son attirance pour lui. En même temps, je ne peux pas la blâmer. En forme humaine ou de Néphilim hybride, Al était très clairement à son avantage.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Bonehilda faisait partie des veilleurs les plus fidèles de Albrecht depuis son accession au trône, avec Méphistophélès et Dominion. Il y avait évidemment pleins d'autres veilleurs loyaux, mais on devait se méfier d'une minorité qui s'était ralliée à la cause du demi-frère de Al : Malkith. « Bonnie », comme la surnommait affectueusement Al, était un veilleur serviable et coquet. Elle aimait bien prendre soin d'elle, enfin... du peu qu'il restait d'elle.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

     

    Il a été vite clair pour moi qu'elle ne m'aimait guère... Elle passait le plumeau entre Al et moi dans le canapé entre-autre exemple. Elle allait même jusqu'à demander si « Faust le hanteur » n'avait besoin de rien alors qu'on était « tranquille » (traduisez : « occupés romantiquement parlant ») dans notre tente. Moi qui avait déjà peur d'elle, je peux vous dire que je faisais en sorte qu'elle ne me vide ni de mon énergie, ni qu'elle ne profite d'un moment d'inattention pour m'envoyer de l'autre côté.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Quand Mimsy est venu y mettre son grain de sel et conseiller à Albrecht de ramener Bonehilda « chez elle », je n'ai pas pu cacher mon soulagement. Clairement, je n'en pouvais plus de vivre sous tension H24. « Bonnie » est donc repartie gentiment dans le bas-astral et il était urgent que mon chéri et moi, on sorte un peu le nez de Forgotten Hollow et de cette maison hantée.

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Nous sommes donc partis à San Myshuno, au quartier de la mode, pour passer un bon moment en couple, Caleb préférant se reposer pour son rencard de nuit. Al a absolument souhaité aller au bar à karaoké. Ça a été un supplice pour les oreilles puisque, dans cette partie, il faut tout reprendre à zéro niveau compétences. Mais comme vous pouvez le voir, Al, qu'il chante bien ou mal, il en a rien à faire. Tant qu'il s'amuse, c'est le principal.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    J'aurais pu avoir ma dose de fun si Albrecht n'avait pas autant insisté pour que j'aille chanter aussi... Encore en duo, ça aurait été cool. Mais seule ? Hors de question. Mais qui s'est retrouvée à prendre le micro et chanter ? Je vous le donne en mille...

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

     

    En même temps, quand votre amoureux vous regarde comme ça, comment voulez-vous lui dire non ? Si vous avez la recette pour ne pas céder face à ce regard, je la veux bien, parce que jusqu'à maintenant, j'ai jamais réussi à lui refuser quoique ce soit...

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    Après m'être totalement ridiculisée, nous avons commandé un bon plat au resto du coin. J'en avais marre de ne me nourrir que de sucre ou de chips et clairement, les plats exotiques et épicés manquaient à Al. Il a grandi avec la bonne cuisine épicée de mon beau-père Meinhard et Al affectionnait tout particulièrement mes crevettes au curry et lait de coco. Alors, autant dire que nous nous sommes jetés sur notre assiette. Enfin, du mieux que je pouvais avec des baguettes avec lesquelles je n'avais pas l'habitude de manger... Une occasion en or pour Al qui aime taquiner son petit monde...

     

     

    - (petite voix) Vilaine crevette. Viens ici, je t'aurai ! Mais viens ici j'ai dit ! Pff, je n'y arrive pas !

    - Mais tu fais quoi là ?

    - J'essaie de manger, mais ma nourriture refuse de rester entre mes baguettes.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - Houla... Ce regard de tueuse...

    - Si tu ne veux pas mes baguettes dans ta tronche, je te conseille d'arrêter de te moquer.

    - Tss, comme tu es susceptible. Je te trouve mignonne à t'énerver comme ça, avec ta petite voix.

    - Tu ne fais que me taquiner... constamment... tous les jours.. Je sais que Charlie et Jamal te manquent, mais je ne suis pas un punching ball, ok ?

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - ça veut donc dire que je dois faire comme avec Luna ? Être le parfait gentleman gentillet, serviable et calme ?

    - Tu as des qualités indéniables, mais tu n'es pas parfait. Ce serait ennuyeux sinon...

    - J'espère bien. Si je ne suis plus avec elle, c'est bien parce qu'avec toi, je peux être totalement moi.

    - Je dis juste que tu abuses un peu le trait parce que Charl...

    - Charlie et nounours ne me manquent absolument pas.

    - Tu peux me le redire en me regardant droit dans les yeux ?

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - (soupir) Je ferai attention à être moins chiant.

    - Je fais beaucoup d'effort pour ne pas tout mal prendre avec mon hypersensibilité. Je préfère te rappeler mes limites.

    - Je sais... Je suis désolé.

    - C'est normal qu'ils te manquent tu sais.

    - Ils ne me manquent pas. Ce sont des traîtres ! Y'a que Cal' qui a pensé à venir me voir...

    - Ah... Pour leur défense, je n'avais pas pensé à les installer de suite dans la partie.

    - Ouais, mais depuis, ils auraient au moins pu faire un coucou à Forgotten Hollow. Si ça se trouve, ils sont mieux sans moi.

    - Charlie doit s'ennuyer ferme oui. Avec qui pourrait-il se disputer ?

    - Caro me manque aussi. Et Myri... Lolo...

    - Ah... j'ai oublié de les installer aussi. Je suis désolée.

    - C'est bon, tu ne peux pas penser à tout, surtout pour une partie test.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - Enfin si tu veux, je peux tenter d'appeler les deux lascars.

    - Laisse-leur de l'air un peu. Dès que je vais les croiser, ils vont regretter de m'avoir recroisé.

    - Oh sûrement.

    - Hey dis donc, ça a l'air bon ce que tu as là.

    - Ce sont des nems monsieur.

    - Houla, pas de monsieur. Je suis jeune encore.  Tu me rediras monsieur quand j'aurai 50 balais et les cheveux argentés à force de siphonner l'énergie de tout le monde.

    - Siphonner ?

    - Al... fais un peu attention à ce que tu dis.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - Moi c'est Albrecht. Albrecht Faust. Mais tu peux m'appeler Al.

    - Tu as un nom pas commun.

    - Ouais je sais. Et toi, tu t'appelles comment ?

    - (timidement) Je...

    - Al... tu intimides la petite.

    - Mais non. Si tu ne me le dis pas, je vais devoir deviner.

    - (sourit) ça peut être rigolo

    - Hmm... Je dirais... Riko !

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

     

    - Ce n'est pas mon prénom, mais mon surnom. Waw, tu es super fort !

    - Mais oui, tu es super fort... Comment tu as fait ?

    - Le hasard... j'ai tenté le coup. On l'a trouvée, enfin !

    - Oh non, vous êtes de la protection de l'enfance ?

    - De quoi ? J'ai une tête à travailler là-dedans ?

    - Non mais... C'est curieux que vous ayez deviné...

    - C'est parce qu'il possède des supers pouvoirs.

    - N'est pas médium qui veut.

    - Je vois ça oui... Même pas fichu d'avoir deviné avec ton pouvoir.

    - Oh ça va... Je ne suis pas Dieu non plus.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    - Tu aimes souvent te balader seule en ville ? Tu me parais petite. Tu as quel âge ?

    - J'ai 7 ans.

    - Ça peut être dangereux. Tu devrais faire gaffe.

    - Dis celui qui se baladait dans Windenburg seul à même pas 5 ans... et qui prenait le bus pour aller voir Charlie à Newcrest...

    - Entre ces deux bourgades et San Myshuno, il y a une marge niveau danger quand même.  Dans une grande ville comme ça, c'est dangereux point.

    - (timidement) Je... Je ne suis pas seule.

    - Où sont tes parents ? A moins que tu les ais rétréci et mis dans tes petites poches, je ne les vois pas.

    - Mes parents m'ont donné de l'argent pour que je puisse me prendre un goûter pendant que je les attends. Ils travaillent beaucoup.

    - Mouais...

    - Rha, mais ! Viens ici petit maki ! Je t'aurai !

    - Ton amoureuse ne sait vraiment pas utiliser des baguettes.

    - Non... Elle a deux mains gauches. C'est pour ça.

    - Oh toi !

    - (esquive) Faut apprendre à viser aussi.  C'est bête, tu vas devoir manger le reste avec tes doigts.

    - Tu m'énerves !

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

     

    - Je vais vous laisser entre amoureux.

    - Oh mais tu peux rester.

    - J'ai fini de manger mes nems sucrés. C'était sympa de vous rencontrer. Vous êtes gentils. Vos enfants ont bien de la chance.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - On n'a pas d'enfants.

    - Ah bon ? Vous devriez. Je suis certaine que vous seriez de super parents. A plus !

    - Salut Rico. Mais... tu n'as pas dit ton prénom.

    - Je m'appelle Corinna.

    - Alors, à plus tard Corinna.

    - Tu m'avais caché que tu t'y prenais aussi bien avec les enfants.

    - J'ai toujours adoré les gamins. Surtout les écorchés de la vie comme moi.

    - Qui te dit qu'elle est mal cette petite ?

    - L'intuition... Son histoire de parents qui travaillent et qui la laisseraient seule comme ça, en rue... puis, ce qu'elle a dit sur la protection de l'enfance. Soit elle est à l'orphelinat, soit elle doit se débrouiller seule pour éviter de finir là-bas... ou d'y retourner.

     

     

     

    Episode 4 : Sans famille

     

    - Du coup, on fait quoi ?

    - On va la remettre sur notre chemin jusqu'à ce qu'elle avoue.

    - C'est bien beau, mais on fait quoi si elle est seule ?

    - On la prend avec nous. Enfin, si tu veux bien.

    - J'ignorais que vous vouliez agrandir la famille monsieur Faust.

    - J'ai toujours rêvé d'une famille nombreuse.

    - Et si en attendant, on rentrait s'entraîner ?

    - C'est tentant. Ça te dit un pique-nique dans la nature à Forgotten Hollow avec un plat à emporter du coup ? Avant de finir sur une note romantique. J'ai encore faim...

    - Tu viens de manger.

    - Si on doit s'entraîner à faire des gamins, crois-moi que je vais avoir besoin de force.

     

     

     

    ( à suivre...)

     


    5 commentaires
  •  

    ÉPISODE 3Le fantôme grincheux

     

     

     

    Notre voyage au monde magique n'a pas été vain. Depuis que nous étions sorciers, c'était dorénavant bien plus rapide de monter cette compétence médium. On voyait enfin la barre de compétence avancer, ce qui a rendu le sourire à Albrecht qui ne comprenait pas pourquoi c'était si lent alors qu'il ne faisait que ça le pauvre.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Bon... il faisait toujours que ça, mais au moins, le niveau 2 était enfin à portée. Et un Al de bonne humeur est un Al qui met la musique à fond et qui en a profité pour chanter et secouer sa tête sur "Heads Will Roll" avec les esprits qui passaient dans le coin. Tout ça sous le regard médusé des passants qui s'aventuraient dans la vallée quand monsieur faisait ses séances à l'extérieur parce que "mais il faut beau, je ne vais pas rester enfermé à l'intérieur quand même ! J'ai besoin d'air ! Sinon je vais devenir dingue !" Mais tu es déjà dingue chéri...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Évidemment, Guidry, qui a vécu à une autre époque, avait un tout autre regard sur les amusements de mon veilleur. Finalement, la collaboration entre les deux allaient s'avérer compliquée...

     

    - Albrecht, je sais que tu es de bonne volonté, mais j'aimerais que tu travailles plus. Tu as un formidable potentiel et tu es entrain de le gâcher.

    - Han nan, on dirait mon grand-père...

    - Je suis sérieux mon garçon.

    - Moi aussi. Je travaille. Je ne fais que ça.

    - Je t'ai vu secouer la tête sur une musique endiablée...

    - Ah, parce qu'on n'a pas le droit de faire la fête avec les esprits ?

    - Faire la fête ? Le spiritisme est une chose sérieuse.

    - On peut faire les choses sérieusement et prendre du fun. Sinon, à quoi bon ?

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Guidry était pire que Cornélius. Une véritable sangsue qui avait la ferme intention d'empêcher "son petit protégé" de faire comme lui et de se brûler les ailes avec les sciences occultes. Pour toute réponse, Al lui a sorti ses jolies ailes en plume de corbeau, héritage de son côté gardien, pour lui signifier qu'elles étaient toujours là. Et que s'il voyait encore Guidry tourner trop autour de moi, ce n'était pas ses ailes qu'il allait sortir, mais ses pouvoirs de maître du bas-astral.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Al s'inquiétait beaucoup de voir ce fantôme dans mes parages. Surtout depuis qu'il a vu d'autres de mes copines autrices succomber à ses charmes. Alors, quand Guidry venait près de moi pour discuter pendant que je tirais les cartes ou que je créais dans mon journal ou sur des toiles, c'était la catastrophe.

     

    Pourtant, Al n'était pas ce qu'on peut appeler un homme jaloux. Au contraire. Pour lui, une relation ne pouvait marcher que si chacun était libre. Même de partir si la relation ne convenait plus à l'un ou l'autre parti. Pour lui, c'était ça vraiment aimer quelqu'un. Je ne l'avais jamais vu être jaloux d'ailleurs, que ce soit avec Luna ou avec Fairy dans mes parties.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Mais depuis notre aventure à Strangerville, où Caleb avait déployé toutes ses techniques de séduction pour réussir à décrocher une nuit avec moi, le comportement de Al s'est modifié. Il s'est mis de nombreuses fois entre Caleb et moi, tel un preux chevalier qui devait défendre une damoiselle d'un vilain démon. Évidemment, en bonne naïve que je suis, je pensais que c'était juste pour éviter que le beau vampire ne me morde. J'ai compris bien plus tard, lors de notre virée à Batuu, que c'était parce que les sentiments que j'avais à son égard étaient réciproques. Tout le monde l'avait vu, sauf moi... C'est ainsi qu'on avait fini par franchir une limite qu'on s'était bien promis de ne pas franchir, l'un comme l'autre. En repensant à tout ça, je n'ai pas pu m'empêcher de laisser échapper un sourire béat...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    ... ce qui raviva de plus belle ses insécurités et ses doutes quand à la relation qui me liait avec notre coloc' fantôme.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Houla... Si tu ne parles pas, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas.

    - Mais pas du tout. Je viens de méditer, c'est tout.

    - J'ai pu voir que ta méditation était très efficace. Tu n'as pas arrêté de t'agacer sur ton siège. On aurait dit Charlie.

    - Un coussin serait plus confortable.

    - Le jour où j'aurais appris à modder pour faire des poufs de "Comme au cinéma" des sièges de méditation, crois-moi : je serai la première à les utiliser. Bon, qu'est-ce qui ne va pas ?

    - Mais rien. Tout va toujours bien avec moi.

    - Ça, c'est ce que tu aimes faire croire.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Si tu préfères que je fasse le dépressif comme ma mère, ça peut s'arranger...

    - Te rendre coupable de sa mort ne la ramènera pas.

    - Je ne culpabilise pas du tout. Et si je fais la tête, ce n'est pas à cause de ma mère. Ça lui donnerait trop d'importance.

    - Al, tu aimes ta maman... arrête de faire comme si tu la détestais.

    - C'est Guidry le coupable !

    - Ah bah voilà, on touche le fond du problème. Il pense bien faire tu sais.

    - Si tu te mets à le défendre aussi... Bientôt, tu me diras, les étoiles pleins les yeux, à quel point il est "merveilleux".

    - Mais le défendre de quoi au juste ? Et d'où ça sort le reste ?

    - J'ai vu toutes tes copines lui rouler des patins... "la nouvelle coqueluche du jeu", rejoignant Morgyn et Caleb au rang d'hommes bons à marier.

    - Ah, c'est pour ça. Franchement, tu n'as pas à t'en faire.

    - Mouais... Je sais bien qu'il est plus beau et qu'il a plus la classe que moi...

    - Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre... Si ça peut te rassurer, on peut mettre Caleb dans les bras de Guidry.

    - Et avoir deux casanovas sous le même toit en ta présence ? Non merci. D'ailleurs, je vais m'occuper du problème Caleb tout de suite.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Durant ses lectures de l'encyclopaedia vampirica, Al a appris que les vampires ne supportaient pas l'ail. Un condiment que nous n'avions pas à disposition puisque j'avais eu la flemme de nous faire une cuisine dans cette maison. Mais le hasard faisant bien les choses, notre maison hantée était enregistrée auprès de la Ligue comme repaire de vampires. Pour des raisons totalement incompréhensibles, nous avons reçu une couronne d'ail. Et Al savait très bien quoi faire de ce cadeau insolite...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Autant dire que Caleb a été reçu "comme il faut" lors de sa dernière visite.

     

    - Une couronne d'ail... Alors, on en est là...

    - Désolé Bro, je t'adore. Mais je ne veux pas prendre de risques.

    - Des risques ?

    - Si j'étais un vampire, je mordrais Lamé, obligé. Vu comment les moustiques se jettent sur elle en été, son sang doit être du meilleur millésime.

    - Comme si c'était ça la raison...

    - Disons que je me souviens bien comment tu lui courrais après à Strangerville.

    - Remercie-moi de l'avoir fait. Sans ça, tu n'aurais jamais remarqué à quel point tu étais mordu d'elle.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Après avoir bien signifié à Caleb qu'il devait se tenir loin de moi (que ce soit comme repas ou partenaire d'un soir potentielle), Al devait maintenant s'occuper du cas Guidry. Pour se faire, il écume les livres de magie disponible à l'académie ou au magasin. Tous les livres donnent des conseils pour se débarrasser d'un fantôme malveillant, mais pas d'un coquin charmeur comme Guidry. Mais Al ne s'avouait pas vaincu. Il finirait pas trouver une solution.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    Un soir, alors que je tricotais tranquillement, ma playlist dans les oreilles.

     

    - (dévale les escaliers) Youhou ! Je suis arrivé niveau 2 de la compétence. On peut enfin faire des séances collectives !

    - Tu vois, il suffisait d'être patient.

    - Tu aurais pu m'aider quand même.

    - Malheureusement, on ne pouvait faire que des séances individuelles. J'ai trop la frousse pour faire ça toute seule.

    - Fini ton rang. On va faire une séance.

    - Là ?

    - Bah ouais. Allez ! Sinon, je n'aurai jamais mon permis d'enquêteur.

    - Mais je voulais me prendre une douche avant.

    - Allez, magne-toi !

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    J'ai dû prendre ma douche en quatrième vitesse et me rhabiller au lieu de mettre un pyjama douillet pour buller tranquillement. Al a été tellement insistant que j'ai fini par capituler... non sans bouder et lui faire comprendre, à ma manière, que je lui en voulais un peu. Et la meilleure manière pour ça, c'était de faire ce qu'il aimait infliger aux autres.

     

    - Ô esprit du bas-astral, je suis votre maître. Répondez sans attendre à mon appel si vous ne voulez pas finir dans le néant intersidéral !

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - (rire) Arrête ça s'il te plaît.

    - Tais-toi, vile cloporte. Sinon tu goûteras à la puissance de Albrecht Faust.

    - (rire) Tu es géniale. Tu as exagéré le trait quand même.

    - Juste un peu...

    - Tu vas continuer à me faire la tête longtemps ?

    - Je ferme les yeux pour éviter de te pardonner trop vite figure-toi.

    - Par contre, je pense que ce serait mieux si tu me laissais faire non ?

    - Laisse-moi m'amuser encore un peu...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - (voix désincarnée) Vous nous avez appelé maître ?

    - Hiii, qu'est-ce que c'est que ça ?

    - Voilà pourquoi je voulais que tu me laisses gérer.

    - Mais je faisais ça pour rire moi !

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - S'amuser ? Dominion est fâché !

    - Ah, salut Dominion. Justement...

    - (boude) Si madame Faust n'avait pas fait un appel au bas-astral, jamais vous n'auriez pensé à le faire. Vous m'avez oublié maître !

    - Oh non, crois-moi, je ne risque pas de t'oublier...

    - Quand est-ce que Dominion pourra revenir ? Je m'ennuie de vous maître.

    - Quand tu prendras autre chose qu'une forme de chat peut-être ?

    - Dominion aime être un chat.

    - Je suis désolée... je voulais taquiner Albrecht... pas vous faire venir.

    - Puisque c'est comme ça, je m'en vais. Ne me rappelez plus jamais.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Tu as voulu m'imiter. Je crois que c'est réussi.

    - Ce n'est pas drôle ! J'ai fait de la peine à Dominion !

    - C'est ça que j'aime chez toi. Tu es ma reine des maladresses.

    - Mais ! Je ne pensais pas que ça fonctionnerait !

    - Techniquement, tu es la reine du bas-astral. Voilà pourquoi ça a fonctionné.

    - Comment ça la reine du bas-astral ?

    - Tu es ma femme.  Donc, si j'en suis le roi...

    - Hein ? Moi ? Tu m'as bien regardée ?

    - Je trouve que tu ne te débrouilles pas si mal en reine du mal.

    - Je ne peux pas être une reine du mal. Je suis un bisounours.

    - Que tu crois. Bon, et si on la faisait notre séance.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Et voilà le travail.

    - C'était rapide.

    - Le talent Mémé... le talent

    - (ricane) Le talent qu'il dit le grand machin au chapeau ? Faites-moi rire...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Le grand machin au chapeau ?

    - C'est à vous que je parle oui ! Pourquoi vous me dérangez au juste ? J'ai autre chose à faire.

    - Hey tatie Danièle, tu vas te calmer. C'est toi qui est venue. Je n'ai appelé personne.

    - Tu crois vraiment que je pourrais me déplacer pour un branquignole comme toi ? Apprends déjà à faire du spiritisme correctement gamin.

    - Mais comment elle parle à Albrecht Faust...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - A qui avons-nous l'honneur ?

    - Hmm... vous allez l'air plus polie que l'autre. Ça dépend à qui vous souhaiter parler...

    - Euh, à vous ?

    - C'est-à-dire ? A mon âme ? Laquelle de mes vies exactement ? Parce que des prénoms, j'en ai porté pas mal vous savez.

    - Le dernier prénom que vous aviez, ce serait déjà bien...

    - Oh vous le grand, je ne vous ai pas sonné !

    - Sans vouloir vous manquer de respect madame... euh ou monsieur... vous parlez au chef du bas astral.

    - Ils doivent pas être bien avancé avec lui si vous voulez mon avis.

    - Lamé... dis-oui... Que je m'amuse un peu.

    - (soupir) je vous avais prévenu de ne pas le chercher. Je vous aimais bien.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Essaie seulement de me faire du mal !

    - Oh, je vais être gentil. Je vais juste vous offrir un séjour dans le bas-astral. Pour voir si je suis un rigolo...

    - Si vous faites ça, je vous hante !!!

    - Faites seulement. J'ai l'habitude.

    - Euh... parle pour toi...

    - Je vous mettrai devant vos pires cauchemars.

    - C'est moi ou elle a pris la forme de ton ex ?

    - Si elle croît me faire plier avec ça. Bye la vieille.

    - Nooooooon, je me vengerai !

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Vous auriez dû craindre Tempérance ! Je reviendrai !

    - Bye Tatie Danièle !

    - Al...

    - Je te jure. J'ai été gentil. Je la sortirai de là quand... bah quand je voudrai.

    - Elle va nous hanter !

    - Mais non.

    - Je te jure que si elle nous hante, tu vas m'entendre. Tu sais à quel point j'ai peur des manifestations.

    - Je l'accueillerai comme il faut si c'est le cas.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - A ton tour ma reine.

    - Mon tour... Pour ?

    - D'après toi.

    - Si tu me colles au bas-astral, tu sais ce qui va arriver...

    - Comme si j'allais t'infliger ça... Je parlais d'une séance.

    - Pour que j'appelle encore Dominion et qu'il me fasse la tête...

    - Tu n'as qu'à appeler quelqu'un de précis.

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - Tu vois, tu te débrouilles super bien. Bientôt, tu n'auras même plus besoin de tarots.

    - J'aime trop avoir mes cartes.

    - Alors, tu vas appeler qui ?

    - Je ne sais pas...

    - Ton arrière-grand-père ? Non, ton grand-père !

    - J'aurai beau appeler il ne viendra pas. Et mon arrière-grand-mère non plus. Ils ont autre chose à faire. Ah, j'ai trouvé ! Un esprit qui a été témoin des disparitions des facteurs !

    - Euh... tu es sûre ? Je ne crois pas que ça soit ut...

     

    Episode 3 : Le fantôme grincheux

     

    - (petite voix) bonjour

    - Oh une petite fille. Comme elle est mignonne.

    - Mouais...

    - (s'écrie) Complice !

    - Complice ? De ?

    - Le complice des meurtres est ici !

    - Tiens donc...

    - Non, mais elle dit n'importe quoi.

    - Je m'en doutais depuis un moment.

    - Ah bon ?

    - Rien n'échappe à Lamé Holmes.

    - J'avais fait attention de ne laisser aucun indice pourtant.

    - Je te connais surtout... Alors, tu les as envoyé chez qui ?

    - (petite voix) Chez le comte aux dents longues.

    - Tonton Vlad est gentil. Je ne comprends pas.

    - Arrête de faire l'innocent s'il te plaît. Ça te va mal.

    - Tss, vilaine petite balance.

    - Le complice va devoir réparer.

    - Euh... je veux bien, mais comment ?

    - J'ai une amie qui a besoin d'aide.

     

    Et c'est ainsi que la petite fille nous donna des indications pour trouver une autre petite fille du nom de Riko.  Le tout était encore de la trouver avec les indications plus que nébuleuses données par le fantôme.

     

    (A suivre...)

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires