• 20.1. En terrain hostile (1)

    20.1. En terrain hostille (1)


    Manoir de Vladislaus Straud, Forgotten Hollow

    m0exflr3x0v6.jpg

    - Mes enfants … vous me faites tous le plaisir d’être là. Tu es très en beauté Agnès.
    - Merci du compliment. Le plaisir n’est cependant pas partagé. Seuls les événements actuels m’ont fait bouger du manoir. J’espère que je ne vais pas le regretter Vladislaus.
    - Toujours aussi directe.
    - A mon âge, je ne risque plus de changer.
    - Quelle animation chez toi. C’est toujours comme ça ?
    - A peu près.
    - Étonnant pour un solitaire comme toi. C’est vivifiant cette ambiance.
    - J’ai plutôt envie de partir en courant pour ma part …
    - Arrête de râler Agnès.
    - Ne restez pas dans l’entrée. Venez au salon, je vous en prie.

    ei2gljejng0n.jpg

    - Salut Al.
    - Hey Vladi ! Je ne m’attendais pas à te voir.
    - Figure-toi que ce n’était vraiment pas prévu.
    - Je suis trop content. C’est dommage qu’on n’habite pas la même ville. Qu’est-ce qui t’amène ?
    - Ma tante s’est décidée à venir quand on a appris le décès de monsieur Villareal.
    - Ta tante fait son job. Elle sait qu’il est temps de jouer en équipe pour mieux te protéger.
    - Me protéger ? Elle n’aime personne.
    - Je n’en serais pas aussi sûr à ta place.

    akgww5iu0mud.jpg

    - C’est cool que tu sois là. Je n’arrêtais pas de parler de toi à Luna.
    - C’est ta petite copine ?
    - Hé oui. Le grand Albrecht Faust est casé maintenant.
    - Casé … Arrête frangin, tu vas me donner des boutons si tu continues à utiliser ce mot.
    - Hou le vilain râleur. Pourtant, toi aussi tu es casé maintenant.
    - Ah bon ? Et avec qui ?
    - (chuchote) Lilith …
    - Ah oui quand même. Il y en a qui ne se refuse rien.

    z27v85fww0j1.jpg

    - Tes parents vont bien bro ?
    - ça peut aller. Ma mère me tape sur le système. Elle m’a fait une grosse crise ce matin.
    - Elle a appris nos petites conversations sur Skype ?
    - Oui. Je n’ai pas réussi à lui mentir.
    - Ah bah, on sera deux à s’être fait remonter les bretelles ce matin. Moi, c’était avec p’pa. J’ai séché les cours pour cause de sieste imprévue dans le parc et ça ne lui a pas plu du tout. Alors comme ça, le fameux comte Dracula crèche chez toi ?
    - Bof, j’ai l’habitude. Il vient au moins une fois par an voir mes parents. Tante Agnès et lui sont très proches.
    - Tu n’as pas peur pour Sonia avec lui dans le coin ?
    - (chuchote) Plus maintenant.

    g0rzpekysgpv.jpg

    - Han nan. La chance !
    - Hé bien Hé bien … Joli Vladimir. Tu vois Al, il faut suivre l’exemple de ton pote. Tu vois ce que je veux dire ?
    - Je suis trop dégoûté … surtout que je suis loin d’obtenir la permission pour ça …
    - Ahah, tu attends la permission ?
    - C’est ça, foutez-vous de moi ! Je me vengerai.
    - Avec la nana que tu t’es choisi, je crois tu peux toujours attendre pour consommer, permission ou pas de toute façon.
    - Au moins, moi, je ne fais pas ça avec n’importe qui ! Bon … Elle est où la petite Sonia? Tu nous la caches ?
    - Désolé, mais je me méfie. Surtout de toi Al …
    - Te méfier ? Et pourquoi donc ?
    - J’aimerais éviter que tu me la piques.

    49cd2w4a5rt0.jpg

    - Tu m’as pris pour mon père ou quoi ? Je suis incapable de draguer une nana.
    - Tu es drôle Al ce soir.
    - Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ?
    - Attends … Je vais t’imiter en soirée frangin. « Bonsoir gentes dames, Albrecht Faust » avec la voix de miel et le regard de lover.
    - Tu l’imites bien Charlie ! C’est trop ça !
    - Mais je ne drague pas. Je suis poli c’est tout.
    - (En chœur) c’est cela oui …
    - ça confirme que je dois me méfier.
    - Si ça peut te rassurer, Sonia n’est pas du tout mon genre. Et puis, de toute façon, vous êtes fianc…

    85wsfe502swe.jpg

    - Al, tais-toi !
    - Fiancés ? Mais qu’est-ce que vous avez à vous enchaîner si jeunes ? Vous êtes dingues ou quoi ?
    - Oups …
    - Essaie au moins de ne pas en toucher mot à ma tante, ni à la mère de Sonia ...
    - Je te promets d’essayer de ne plus gaffer.
    - C’est bizarre. Je ne sais pas où est passée Sonia depuis notre arrivée au manoir.
    - Elle doit explorer le manoir j’imagine.

    3m9w9d8zsgm5.jpg

    - J’ose espérer qu’elle n’est pas allée dans les sous-sols. Elle y risque une mauvaise rencontre.
    - C’est vrai qu’il y a une goul…
    - Une goule ? Oh non …
    - Al … Tu ne sais donc jamais te taire !
    - Oups, désolé. Ma langue a encore fourché.
    - Tu es pire que ton grand-père Cornélius ! Je parie que tu le fais exprès !
    - Moi ? Mais non voyons …

    8p9c1fqqqlja.jpg

    - (soupir) C’est ma journée … Apparemment, mademoiselle Galantome se ballade seule dans le manoir.
    - C’est bon sœurette, je m’en occupe. Si la goule se réveille, je saurai m’en charger. Ne t’inquiète pas.
    - Tu es sûr Cal ?
    - Écoute. Je me suis nourris, pas toi. Alors, crois-moi, je saurai mieux faire face en cas de problèmes.
    - Mais …

    cdlp4fpnsv02.jpg

    - Hey … J’ai dit que je m’en occupais. Qu’est-ce qu’il te prend ? Oh je vois, je ne suis pas capable de gérer, c’est ça ?
    - Ce n’est pas …
    - Ne dis surtout rien … J’aimerais éviter d’entendre que père et toi, vous ne me faites pas confiance.
    - Cal, voyons.
    - J’y vais … avant que la demoiselle ne tombe nez à nez avec la goule.

    peq8vhl4w0f7.jpg

    - Je me doutais que vous seriez encore dans le coin. Je suis ravie de vous revoir.
    - Dis-moi Anastasia. Tout va bien pour toi ici ?
    - Disons que ça va mieux. Les débuts ont été un peu compliqués.

    9bl223r2akro.jpg

    - Écoute, si tu te sens mal ici, je t’emmène chez Lucy et Mina à Londres.
    - C’est gentil de vous préoccuper de moi.
    - C’est normal.
    - Je pense que je vais m’acclimater. Certaines personnes ont été très gentilles avec moi depuis mon arrivée, d’autres sont un peu plus … distantes on va dire.
    - Je pense qu’il faut te laisser un peu de temps. Si d’ici quelques semaines, ça ne va vraiment pas, on ira à Londres. Lucy sera ravie d’avoir une nouvelle copine.

    wqub3a2qtp44.jpg

    - Désolé d’interrompre votre conversation ô combien intéressante mais … Blondie, je peux te parler deux minutes ? C’est important.
    - Blondie ?
    - Charles a du mal avec les prénoms …
    - Seulement les prénoms de filles.
    - Ah, je vois.
    - Je suppose que vous devez faire pareil avec toutes les conquêtes que vous avez eues.
    - Je n’ai pas eu tant de conquêtes que ça … Séducteur certes, mais toujours gentleman. C’est la clé pour bien séduire.
    - Je peux vous dire que passer pour un enfoiré, c’est la clé pour avoir la paix après quand on veut se débarrasser d’une nana collante …
    - Ah … il marque un point. J’aurais peut-être dû faire ça avec Mina …

    3lddv4egi70y.jpg

    - Bon Blondie, je n’ai pas toute la soirée … Bon d’accord … « Anastasia » … Satisfaite ?
    - C’est mieux.
    - Ça ne vous dérange pas si je vous l’emprunte monsieur le comte ?
    - Pas de problème. J’ai tout mon temps pour parler plus tard. Mes Carpathes peuvent attendre.

    7aq21mp0u64f.jpg

    - C’est avec lui que vous souhaitez la marier ?
    - Disons que c’est en pourparler. Il n’est pas plus ravi qu’elle je crois par la situation.
    - Il n’a pas l’air commode.
    - Il ne l’a jamais été. C’est ce qui fait son charme d’ailleurs. Mauvais caractère et beau comme un dieu. Le parfait combo. Il me rappelle grandement quelqu’un que j’apprécie beaucoup.
    - Ah bon ? Qui ça ?
    - Je crois que je vais me taire pour éviter que tu ne te vantes encore une fois.
    - Comme si c’était mon genre Agnès ... Depuis le temps qu’on se connaît, tu devrais le savoir que je ne me vante pas. Je sais ce que je vaux, nuance.
    - Et voilà qu’il recommence …

    dlz82fnycpy3.jpg

    - Tu vas bien Agnès ?
    - Bonsoir Meinhard.
    - Ça fait longtemps qu’on ne s’est plus vu.
    - J’attendais que tu m’appelles.
    - C’est marrant que tu en parles. Al me disait cet après-midi que ça t’aurait fait plaisir que je prenne de tes nouvelles.
    - Je n’ai pas dit ça. Tu as laissé ton ensemble de dandy au vestiaire ?
    - Ah ça … une petite envie de m’habiller un peu plus casual.
    - Hmm, tu n’es pas mal comme ça, avec les cheveux attachés.
    - C’est vrai ?
    - Efface-moi ce sourire s’il te plaît …
    - Tu m’avais manqué aussi Agnès.
    - Si tu le dis.

    nhq1o4kkyxlo.jpg

    - (télépathie) je me disais bien aussi que tu devais en être amoureuse. Je comprends pourquoi ceci-dit.
    - Encore un mot Vlad et je te vide de la totalité de ton énergie.
    - Ah, tu fais ce que tu veux, mais je vais être obligé de me servir d’urgence sur les éveillés présents ici.
    - Vous vous disiez quoi ?
    - Rien qui ne te concerne Meinhard.
    - Ah … j’ai eu comme l’impression que ça me concernait pourtant.
    - Il m’agace à toujours tout savoir …

    w8qcpgbsrfxw.jpg

    - C’est avec plaisir que j’aurais accueilli Gunther et Cornélia. J’apprécie leur compagnie.
    - Je suis désolée Vladislaus, mais Gunther ne se sentait pas en état et Cornélia garde le fils de Vivian. Nous nous sommes dit que Vladimir et moi-même serions suffisants pour représenter les Gothik.
    - Je comprends. J’espère que Gunther ne souffre pas trop.
    - Honnêtement ? Entre-nous, je ne sais pas s’il lui reste longtemps à vivre.
    - A ce point-là ? Décidément … Dis-lui que je passerai le voir.
    - Je lui ferai la commission. Venons-en aux faits. Il s’est passé quoi au juste avec Jacques Villareal ?
    - Meinhard, je te laisse expliquer ?

    byd5yta2igax.jpg

    - Pour résumer, l’ami John ne trouve plus les éveillés du coin à son goût et souhaite nous voir flamber joyeusement sur un bûcher. Sans compter qu’il a mis ma maison sous surveillance.
    - Je peux vous confirmer que c’est le cas aussi chez Vivian Lewis.
    - Ah … Je corrige. Nous sommes tous mis sous surveillance. Même ceux qu’on pensait avoir dissimulé.
    - ça ne m’arrange pas …
    - Si tu crois que ça arrange les Gothik Vladislaus … On avait pourtant bien fait attention, à croire qu’ils ont un radar intégré à éveillés. Comment ils font ?
    - Je suis vraiment désolé … Je n’ai rien vu venir.
    - Ne t’en fais pas avec ça mon garçon. Tu ne peux pas tout prévoir.

    dn7zi9ap3ce5.jpg

    - Lilith m’a également ramené la goule responsable du massacre chez les Villareal.
    - Une goule … Et créée par qui au juste ?
    - Pas par qui … Par quoi. Il a reçu un espèce de sérum.
    - Par sérum ? Mais c’est impossible mon ami !
    - Bon … Finalement, j’ai bien fait de me déplacer. La situation est grave.
    - Et pourtant, ça a bien l’air d’être le cas Vlad. Aucun de nous ici présent n’aurait créé une goule. Je me porte garant pour mes enfants.
    - Je te crois. Il faut mettre la main sur ce sérum mon ami. Je l’enverrai de suite à Mina pour qu’elle l’analyse. D’ailleurs, si tu veux, elle sera également ravie d’avoir une goule à étudier.
    - Si tu la veux, fais-toi plaisir. Ça m’arrange.
    - J’appellerai Lucy et Mina dès que possible par skype.
    - J’aimerais que la goule vire avant que l’ordre ne vienne faire une descente chez nous pour vérifier que l’on ne cache rien. Il ne me restera plus qu’à trouver les preuves pour incriminer Huntington.
    - Vous ferez chou blanc s’il a été assez intelligent. Si vous voulez, je vous siphonne son énergie et on n’en parle plus … Affaire réglée.
    - Surtout pas. Je m’en voudrais que tu finisses emprisonnée pour meurtre Agnès.
    - Comme si vous vous souciez de ce qui pourrait m’arriver …
    - Bien sûr que oui !
    - Agnès ... C’est toi qui a décidé de t’isoler du groupe. Je ne t’ai jamais mis de côté. Ni Meinhard d’ailleurs.
    - Vous non. Mais j’en connais un derrière moi qui préférerait que je sois mise de côté parce que j’ai un pouvoir qui dérange.

    xeyd6vw3v4qt.jpg

    - Enfin bref. C’était pour ça que tu m’as demandé de venir ?
    - Entre-autre. Nous attendons John Huntington, le nouveau président, de pieds fermes. Le jeune Albrecht a vu qu’il allait venir sans s’annoncer ce soir.
    - Ce sale vieux rat, président ?
    - Tiens, c’est marrant. Mon fils le surnomme comme ça aussi.
    - On dirait que tu peux mourir tranquille. La relève des Faust semble assurée.
    - J’espère que Meinhard sera encore avec nous pour un bon bout de temps.
    - Oh, moi qui comptais prendre un repos bien mérité de l’autre côté.

    a0ol6lgbj4zv.jpg

    - Il y a un problème Vlad ?
    - Je réfléchissais … Dis-moi mon ami. C’est qui le gamin avec le chapeau ?
    - C’est mon fils, Albrecht. Pourquoi ?

    d1gh3p5x1vl7.jpg

    - Je vois que le médium s’essaie à l’humour. Tu me demandes pourquoi ? Vladislaus, tu aurais pu me dire que tu avais un veilleur dans tes rangs.

    v5yl9in24wdw.jpg

    - Moins fort !
    - Parce que les autres ne sont pas au courant ? Ah les mauvais !
    - Ne commence pas ! Arrête de rire !
    - Tes éveillés sont trop nuls.
    - Merci bien …
    - Il faut l’excuser Meinhard. Vlad a toujours été un peu taquin.
    - Mais ça se sent tout de suite à son énergie qu’il est différent. Ils n’ont jamais évoqué un veilleur de leur vie ou quoi ?
    - Moins fort j’ai dit ! Je te rappelle qu’évoquer un veilleur est interdit dans le traité de paix !
    - Je sais, merci bien. Tu crois vraiment que de stupides règles vont m’arrêter ? C’est mal me connaître.
    - Maintenant, Agnès est au courant. Je vous remercie.
    - ça fait un moment que nous sommes au parfum chez les Gothik tu sais. Oh, ne sois pas surpris Meinhard. C’est déjà étonnant que ton ami Jacques Beaumont n’ait rien senti.
    - Ce n’est pas mon ami …

    bt2u2ie3qdlm.jpg

    - Tu as la charge d’une belle brochette de bras cassés.
    - Je ne te permets pas ! Ils ont beaucoup de potentiel.
    - Ah ! Tu as dit le mot potentiel, mais pas qu’ils étaient doués.
    - Va faire ton rôle d’originel et après, on en reparlera. On verra si tes éveillés à toi seraient meilleurs que les miens.
    - J’ai autre chose à faire mon ami.
    - Comme t’occuper uniquement de ta petite personne ?
    - Comme retrouver une amie commune dont je suis le seul à me soucier. Et après, on dira que c’est moi l’égoïste chez les Originels. Faites-moi rire.
    - Laisse Erzébeth où elle est. Son sacrifice permet à nos éveillés de vivre tranquilles.
    - Pendant que nos éveillés vivent « tranquilles », du moins comme tu le penses naïvement, Erzébeth est entrain de souffrir, affamée dans un cercueil depuis des siècles. Vive la solidarité …
    - Vous avez troqué l’un des nôtres contre un traité de paix ? Vous êtes certain que ça en valait la peine ?
    - Si vous voulez l’avis d’un vampire psychique, le jour où elle sort de sa prison, elle va nous en vouloir à mort.

    ggsgabb9abav.jpg

    - J’ose espérer que tes enfants le savent au moins pour ton veilleur.
    - Seule Lilith a été mise dans la confidence. J’ai préféré cacher cette information à Caleb.
    - J’espère pour lui qu’il l’a senti.
    - Je ne pense pas. Il croît que le jeune Faust est inutile.
    - Merci Vladislaus. J’ignorais que Caleb se sentait supérieur à Al et moi.
    - Sur tes deux enfants, tu as un vampire inutile.
    - Retire ce que tu viens de dire sur mon fils !
    - S’il n’est pas capable de sentir que ce gamin est différent des autres éveillés, il y a du souci à se faire. Permets-moi de te le dire. Mina et Lucy l’auraient vu tout de suite.
    - C’est vrai … Mina et Lucy sont SI exceptionnelles.
    - Bien sûr qu’elles le sont. Ce n’est pas pour rien que je les ai transformées. Sans compter que je les ai bien entraînées.

    01idva6ro0lm.jpg

    - Caleb est bien entraîné !
    - Pourquoi j’ai senti une pointe d’hésitation dans la phrase que tu viens de prononcer.
    - Caleb a quelques soucis avec sa forme sombre.
    - Merci Meinhard ! Pourquoi vous les Faust, vous ne pouvez jamais vous taire ?
    - Vous êtes amis. Je pensais qu’il était au courant que Caleb détruisait tout sur son passage quand il entrait en forme sombre.
    - C’est grave à ce point-là avec ton fils ? Comme quoi, j’ai sacrément bonne intuition. Je le savais que tu serais dans la panade. J’ai bien fait de me déplacer.
    - Je m’en sors très bien.
    - ça se voit.

    h0z9hzfqq05h.jpg

    - Je suis fasciné par ce gamin. Comment j’ai pu le louper toutes ces années où je suis venu te voir.
    - Parce que je te l’ai caché ! Je n’avais pas envie qu’il finisse disséqué par Mina figure-toi !
    - Personne ne dissèque mon fils, merci bien. J’y tiens …
    - C’est sûr qu’elle serait ravie d’avoir un nouveau sujet d’études. Quoique, je ne sais pas qui de Mina ou Lucy joueraient le plus avec lui.
    - Je te serai gré de laisser Lucy à Londres. J’ai beau adorer cette petite, je n’ai pas envie qu’elle me grille le cerveau de ces messieurs.
    - Ce n’est jamais moi qui fait venir Lucy. C’est toujours elle qui vient à moi quand elle en ressent le besoin.
    - J’espère qu’elle n’en ressentira pas le besoin maintenant alors ...

    gmancn37kkfi.jpg

    - Le regard qu’il a.
    - Ah ça, c’est de famille.
    - Oh non. Je ne parlais pas de la couleur, mais de ce qu’il fait passer. Calculateur et sans pitié. Il ferait un bien beau vampire.

    xmg54lijm1qq.jpg

    - Ah tu vois Meinhard. Même Dracula le dit.
    - J’ai dit non, c’est non ! Ne commencez pas ! J’ose espérer que ni l’un ni l’autre ne tentera de le transformer sans son consentement, sinon ça va barder sévère !
    - Je suis peut-être imbu de ma personne, mais je n’ai jamais forcé Lucy et Mina pour leur mutation. Ce n’est pas maintenant que je vais commencer. L’immortalité est une malédiction, plutôt qu’un don. Mais on peut toujours le lui proposer. Je le prendrais bien comme disciple. Ça casserait mon ennui.
    - Hors de question ! Je l’ai vu le premier !
    - Pour ça, il n’y a pas de premier qui tienne Vladislaus.
    - De toute façon, il refuse. Et moi son père également. Donc, le problème est réglé.

    oy0ww55jpkkr.jpg

    - Je suppose que cette délicieuse jeune fille qui l’accompagne y est pour quelque chose dans cette décision. Il a bon goût. Elle est très mignonne. D’ailleurs, c’est ta fille qui est à côté d’elle mon ami ? Je comprends pourquoi tu l’as transformée ...
    - Ce n’est pas pour sa beauté que je l’ai choisie figure-toi !
    - Pff, non mais regardez ce moine … Faut t’amuser un peu mon grand. Ça te ferait du bien. Tu serais moins aigri.
    - Je ne suis pas aigri !
    - Je te l’avais dit Vlad. Elle est divine.
    - Certes Agnès … mais je préfère largement la petite brunette à côté d’elle. Frêle, timide, innocente …

    8z46iay7orea.jpg

    - Bas les crocs sur ma future belle-fille … à moins que vous ne vouliez des problèmes avec mon fils.
    - Je n’y pensais pas voyons mon ami.
    - Ne me prenez pas pour un imbécile. C’est exactement votre type de proie.
    - C’est aussi celui de Vladislaus, au cas où tu ne serais pas au courant.
    - Ah bon ? J’en apprends des choses ce soir.
    - Je sais me tenir !
    - Tu sais tellement bien te tenir que tu t’introduis dans les chambres des jeunes filles pour te nourrir durant leur sommeil.
    - Non mais … tu étais obligé de le dire !
    - Non, c’est vrai ? Rho, Vlad.

    uafm1hmz6mpu.jpg

    - Enfin, vu ton physique disgracieux, je peux comprendre que tu ne tentes pas de les séduire.
    - Ah, ne commence pas à me chercher sur mon physique !
    - Ohlala, je te taquine. Moi, à ta place, j’aurais été ravi de muter à plus de 90 piges. Ce qui était plutôt exceptionnel à ton époque. N’est-ce pas, cher ami Hippocrate.
    - Ne m’appelle pas comme ça !

    1bszonrzk8uh.jpg

    - Hippocrate … comme le père de la médecine ?
    - Ça, c’est du scoop Vlad.
    - Vous ne le saviez pas ?
    - Je n’ai rien dit à personne, pas même à mes enfants …
    - Par l’Univers, tu devrais être fier de qui tu as été de ton vivant. Si j’avais été à ta place, j’en aurais fait part à tout le monde.
    - Je n’aime pas me vanter et puis … je hais mon prénom.
    - Je comprends que tu ais changé de nom ceci dit. C’est sûr que ça claque moins que Vladislaus. Tu aurais pu, au moins, en choisir un autre pour éviter les quiproquos.
    - Je l’ai choisi avant que tu ne sois un vampire et avant même que tu ne naisses ! Et toi Meinhard, je te jure que si tu le répètes à qui ce soit, je fais de toi mon repas !
    - Mais je n’allais rien dire voyons. J’espère juste pour toi que Al n’a pas l’ouïe trop fine et qu’il n’en saura jamais rien. Sinon, il risque de te vanner très souvent.

    4iq990fd98z1.jpg

    - (soupir)
    - ça va Agnès ?
    - ça fait à peine une demi-heure que je suis ici et j’ai déjà envie de rentrer à la villa Ophélia. Pourquoi me suis-je déplacée ? Je me le demande.
    - Tu m’aurais raté si tu étais restée chez toi. Ça aurait été dommage.
    - Sûrement oui.
    - (télépathie) on dirait que le beau médium te fait du rentre-dedans.
    - Vlad, tais-toi s’il te plaît.

    di7ccnbqiha7.jpg

    - Sinon, il a quoi comme pouvoir ton fils ?
    - Vlad, ça suffit avec tes questions. Laisse Meinhard tranquille. D’ailleurs, je ne vois pas en quoi ça te regarde.
    - De toute façon, je finirai bien par le voir à l’œuvre.
    - Pourquoi tu souris comme ça … Arrête ! Tu vas faire peur à tous mes éveillés.
    - Je suis trop content à l’idée de voir ta réaction quand je vais te dire que je compte m’installer avec toi quelque temps.

    bplvt8wafgai.jpg

    - QUOI ?!?
    - Ah oui quand même … Même sans nous dans tes pattes, je sens que ça va être sport au manoir.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :