• 25.2 Traîtrise (2)

    • 25.2 Traîtrise (2)

      Église de la Sainte-Trinité, San Myshuno

      2zzxzdz7l49y.jpg

      04asyenx8rw4.jpg

      v4xxg0i8y51b.jpg

      xau95mc1fmx2.jpg

      - Bah alors Blondie. Tu rêvasses ?
      - Le cimetière est si triste et beau à la fois. Il est presque poétique. C’est pour ça que tu viens peindre ici ?
      - Je viens parce que, comme ça, je suis proche de ma mère. Elle est enterrée de l’autre côté de l’église.
      - Elle te manque ?
      - Il n’y a pas un seul jour sans que je ne pense à elle. Je suppose que tu peux le comprendre. Tu ressens certainement la même chose pour tes parents.
      - Oui…
      - Ils sont morts comment ? Si ce n’est pas indiscret. Tu n’es pas obligée de me répondre.
      - Dans un accident de voiture. Il n’y a que moi qui en ai réchappé. Je n’avais qu’une ou deux égratignures alors que mes parents sont morts sur le coup. C’est tellement injuste.
      - Ah… Je suis désolé.
      - Je crois que nous sommes beaucoup à plaindre. Toi tu as perdu ta maman ; Luna ses parents et son frère ; Albrecht sa maman. Il lui est arrivé quoi d’ailleurs ? Je n’ai pas osé lui demander.
      - Elle s’est tuée quand il avait 3 ans… Elle était en dépression. C’est dommage. Tante Sysy était vraiment adorable, tellement douce. Je n’arrive même pas à lui en vouloir d’avoir rejeté Al. Je pense qu’elle l’aimait au fond d’elle, mais qu’elle vivait mal la situation de la famille Faust. Ça ne doit pas être facile de voir son mari possédé par un veilleur.
      - Comment fait-il pour être aussi serein ? Il dort comme si rien ne le touchait.
      - ça le touche, crois-moi. Tous les samedis, je l’emmène avec moi ici, pour qu’il puisse dormir un peu. Être avec quelqu’un, ça le rassure. Tous les jours, depuis des années, il souffre d’insomnie, parce qu’il angoisse. Mais il ne l’avouera jamais. Je suppose que la présence de Luna chez lui doit lui faire beaucoup de bien.

      4fwebk17vmj0.jpg

      - C’est fou comme tu prends soin de lui.
      - Je n’ai pas su prendre soin de mon petit frère, alors je me rattrape avec lui. Dès qu’il est né, je ne sais pas… Je me suis senti le devoir de m’occuper de lui, comme s’il était mon petit frère.
      - Tu es mignon en fait, même si tu ne le montres pas.
      - Hey, n’exagère pas. Je ne suis pas mignon ! La prochaine fois que tu redis ce mot, tu vas avoir de gros problèmes Blondie.
      - N’empêche, je suis rassurée de voir Albrecht tenir Luna contre lui comme ça.
      - Pourquoi ?
      - Luna s’inquiétait car il était un peu taiseux et bizarre depuis quelques jours.
      - Bah, ça lui passera. C’est un truc de mec. Quand on a un souci en tête, on préfère rentrer en nous pour faire le point. On trouve la solution et après, ça va mieux.
      - C’est marrant. C’est exactement ce qu’Honorine a dit.
      - Toujours écouter Honorine. C’est la voix de l’expérience. Elle m’a appris pleins de choses.
      - Comme cuisiner et tenir une maison ?
      - Entre-autre. Tu sais, Honorine, ce n’est pas la boniche du domaine. C’est un peu… comme la sœur de mon père. Mais je l’ai plutôt considérée comme ma grand-mère, vu que je n’ai jamais connu la mienne. Il paraît que c’était une femme très bien. Elle était médecin et empathe. Incroyable pour une Beaumont hein.

      xgeougt69x2q.jpg

      - Tu es vraiment déroutant comme garçon.
      - Ah bon ? Pourquoi ?
      - Tu as sale caractère, tu sembles blasé de la vie, et en même temps, tu l’abordes avec une grande sensibilité.
      - Je tiens ça de ma mère faut croire.
      - Ton père a l’air d’être quelqu’un de très sensible, à sa manière.
      - Je n’en sais rien. Père et moi, on ne se connaît pas tant que ça. On a plus passé notre temps à faire du bras de fer qu’autre chose. Je n’ai pas été un fils facile à élever. J’ai toujours été très tourmenté, depuis tout petit. Même quand ma maman était vivante.
      - Et maintenant ?
      - Je le suis un peu moins. Me préoccuper de mes potes m’a amené un but, en quelque sorte. Me faire nommer chef, ça a donné un sens à ma vie. Je me demande si tonton Vlad ne m’a pas choisi exprès pour que je ne finisse pas par me foutre en l’air.
      - Tu y as déjà pensé ?
      - J’y pense en permanence. C’est pour ça que j’aime me mettre en danger. Je me dis qu’un jour, je finirai par avoir satisfaction et que ma vie prendra fin.
      - Et Lilith là-dedans ?
      - Elle a déjà survécu à la perte d’amants. Elle survivra à la mienne. Je suis remplaçable. Il y aura toujours un Charlie Beaumont quelque part.
      - Albrecht cherche aussi à mettre fin à sa vie ? Il se met souvent en danger.
      - Ce n’est pas pareil. Lui, il aime vivre. Il préfère le faire pleinement, en essayant de ne pas être limité par sa faiblesse physique. Il a toujours eu une santé fragile. Je ne compte plus ses séjours à l’hôpital. Quand on allait le voir, il avait beau être très malade, il avait toujours la pêche et le sourire. Je le trouve très courageux. J’aimerais avoir la moitié de son mental.

      u28ybl5fg3re.jpg

      b0ucthqis6iq.jpg

      - (rire) Ce nuage ressemble à un petit chaton, comme Moustache.
      - Hmm, ouais. Quand il est en mode attaque sur mes pieds dans le lit le matin.
      - Oh désolée, je t’ai réveillé.
      - Non c’est bon, je me suis réveillé tout seul.
      - Tu dois en avoir marre que je me pose sur toi. Je fais pareil la nuit pour dormir.
      - Pff, crois-moi, je dors bien mieux comme ça. J’aime bien entendre les battements de ton cœur et sentir ton souffle. Ça m’apaise. Par contre, les ronronnements de ton chat, je m’en passerais bien… Il faudra que tu lui apprennes à ne pas me coller pour dormir. Sinon, il va finir comme descente de lit…
      - (rire) Je crois qu’il t’aime bien.
      - Hmm…
      - Je vous trouve tellement mignon ensemble. On dirait un papa avec son bébé.
      - Pour moi, un animal n’est pas un substitut d’enfant, ni une poupée à cajoler.
      - Je suis désolée… Je vous ai imposé Moustache à ton père et toi. J’ai bien vu qu’il ne pouvait pas me dire non.
      - Pff, mon père adore les chats. Il cajolait Fifi tout le temps quand on l’avait encore. Tu sais, si ça te permet de trouver du réconfort et traverser un deuil, je peux supporter cette boule de poil le temps qu’il vivra.
      - Je m’en occuperai tellement qu’il vivra très vieux !
      - Ne parle pas de malheur s’il te plaît…

      av27dv3ey1eo.jpg

      - Je pourrais passer des heures à regarder les nuages.
      - Et moi je pourrais passer une éternité comme ça, sans bouger, avec toi contre moi. C’est apaisant.
      - Je me demande quelle texture a réellement un nuage. Si c’est si doux et cotonneux que ça paraît d’ici.
      - Tout ce que je sais, c’est qu’en touchant les nuages, on se rend plus proche de l’Univers. Parfois, j’aimerais être un atome et me balader pour admirer les paysages de l’espace infini.
      - C’est joli ce que tu dis.
      - Peut-être parce que l’Univers est magnifique. Rempli de planètes toutes plus belles et différentes les unes des autres, de satellites, d’étoiles, de couleurs resplendissantes. A se demander comment tout ça évolue et vis. P’pa me sortirait son blabla scientifique pour tout m’expliquer, mais il aura beau dire. Pour moi, tout ça relève de la magie.
      - Je me demande s’il y a d’autres planètes comme la nôtre.
      - Tu demanderas à Vladimir. C’est lui le spécialiste de la cosmologie. Moi, ce que je me demande, c’est si notre vie est pareille dans tous les mondes et univers parallèles.
      - Tu aimerais avoir une autre vie ?
      - Au contraire, je ne l’échangerais pour rien au monde. Ma vie est ce qu’elle doit être. Lâcher-prise, c’est la meilleure façon de bien vivre son incarnation et profiter de chaque instant, sans jugement, sans tristesse, sans regret.
      - (rire) Je vais te surnommer Al le sage. Tu parais tellement vieux quand tu parles comme ça.
      - Parce que je suis une vieille âme, voilà pourquoi.
      - Tu crois que je suis moi aussi une vieille âme ?
      - Je ne sais pas ma petite lune. Seule toi peux le savoir.
      - Tu m’apprendrais tout ça ?
      - Si tu veux, mais ce n’est pas dit que tu y arrives. Ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air. Ça demande des années de méditation et de voyage intérieur.
      - Je n’arrive pas à méditer. C’est difficile de ne penser à rien.
      - Le truc, ce n’est pas d’avoir l’esprit vide, mais de laisser venir ce qui vient et de rentrer en soi. Quand on y arrive, c’est quelque chose de magnifique, parce qu’on a l’impression d’être en communion avec le cœur de l’Univers. C’est une expérience qui bouleverse et qui te fait voir la vie autrement.

      npo2gx3indbd.jpg

      - ça ne va pas Luna ?
      - Mes parents et mon frère me manquent. Parfois, je me dis le soir, avant d’aller dormir, que tout ça n’est qu’un cauchemar. Et que lorsque je me réveillerai, je serai chez moi, à entendre mes frères se bagarrer comme si de rien n’était et voir mes parents s’ignorer mutuellement comme ils le faisaient ces dernières années. Et moi, je continuerais à cacher ce que je ressens pour toi, parce que… c’est en quelque sorte interdit par ma famille.
      - Là, c’est sûr. Tu peux faire tout ce que tu veux. Personne ne peut plus rien t’interdire. N’empêche, ça aurait été marrant de se voir en cachette. Surtout que j’aurais pu rentrer à n’importe quel moment dans ta chambre sans que personne ne le voie.
      - Hmm…
      - Moi qui pensais que ça te ferait sourire. Tu t’en fais pour Max ?
      - Comment tu sais ? Ah, je suppose qu’on te l’a dit.
      - Non, je te connais bien Luna. Ça fait 7 ans qu’on traîne tout le temps ensemble.
      - Ce n’est pas comme si on s’était réellement entendu auparavant. On se tolérait tout au plus. Là, il me déteste.
      - J’aurais aimé te contredire, mais je crois que c’est effectivement le cas. Mais si ça peut te rassurer, l’amour et la haine sont des sentiments très proches. Qu’il te haïsse, ça prouve qu’il t’accorde de l’importance.
      - C’est triste de me dire que je me retrouve toute seule, sans famille.

      n9i93mtvozjn.jpg

      - Tu nous as, mon père et moi.
      - Oui, c’est vrai. Je ne sais pas ce que je serais devenue si vous ne m’aviez pas recueillie chez vous.
      - Ne pense pas à ça. Tu es en sécurité à la maison, d’accord ?
      - J’ai peur d’aller chez le notaire pour la lecture du testament de mes parents. Les Huntington vont très certainement tenter tout ce qu’ils peuvent pour me reprendre chez eux.
      - ça n’arrivera pas, d’accord ? Je ne laisserai personne te faire du mal. Jamais.
      - Tu es tellement adorable.
      - Si seulement c’était vrai…
      - Mais c’est vrai. Tu es adorable.

      qd2jm5qsdgfx.jpg

      - Luna, il faut que tu arrêtes avec ça. Tu es au courant que je suis un veilleur quand même.
      - Oui et alors ? Ça veut dire que les veilleurs sont méchants, c’est ça ?
      - Je n’ai pas dit ça, mais dire que je suis adorable, c’est très loin de la réalité. Je ne peux pas te mentir là-dessus. Je suis noir à l’intérieur. Je pense à des choses horribles en permanence.
      - Je pense que tu exagères.
      - Tu sais que mon idole, c’est Jack l’éventreur ? Que je prends un malin plaisir à regarder les émissions sur les grands psychopathes de l’histoire ? Et que je n’ai même pas une once de peur en regardant les pires films d’horreur ? Ça me fait marrer. Voir les gens souffrir me fait marrer. Je me nourris de ça.
      - ça ne fait pas de toi quelqu’un de mauvais pour autant. Je t’ai toujours vu être gentil avec tout le monde, surtout avec les personnes qui le méritent.
      - Peut-être, mais je dois surtout cacher qui je suis Luna. Si je pouvais commettre des meurtres, je le ferais, sans la moindre once de regrets. Si je ne le fais pas, c’est parce que j’ai un contrat tacite moral qui me lie à la famille qui m’a accueilli dans cette incarnation. J’ai une profonde admiration pour mes aïeuls et il serait certainement très déçu si je bafouais leur nom.
      - Tu dis tout ça pour… m’éloigner de toi ?
      - Non Luna, je veux juste que tu saches que même si tu es en sécurité avec moi, même si je ferai tout pour te protéger, je ne suis pas sain d’esprit ! Mon but à l’heure actuelle, tu sais que c’est de faire interner John Junior dans un asile de fou ?
      - Mais pourquoi ?
      - Parce que ce mec est une nuisance pour la société. Si la loi du karma ne se charge pas très vite de son cas, je le ferai. Il rackette, frappe les gens et il a tué une nana de l’école Luna !
      - C’était un accident lors d’une soirée qui a mal tourné.
      - Tu le crois vraiment ? Qu’est-ce que tu peux être naïve. Il savait ce qu’il faisait. Pour lui, les femmes sont des objets dont il doit disposer selon son bon plaisir. Tu crois qu’il va te faire quoi si tu continues à le repousser ? Je ne le laisse plus t’approcher et crois-moi, c’est pour ta sécurité.
      - Il se fait beaucoup influencer par Wolfgang.
      - C’est le contraire crois-moi. Wolfgang traîne avec Junior parce que ce dernier est pété de thune, qu’il peut sortir à l’œil et puis, il a tendance à se mettre du côté du plus fort. Il a malheureusement très mal choisi. Je serai plus fort que Junior ne le sera jamais.
      - John a toujours été gentil avec moi. Il ne m’a jamais forcée à rien.
      - Tu t’es déjà retrouvée seule avec lui ?... Réponds-moi…
      - Non, je…
      - Ne te mets jamais en situation où tu seras seule avec lui. Pas avant que je ne t’ai appris à te défendre grâce à la magie.

      aqde12071ycs.jpg

      - ça aura le mérite d’être honnête. J’ai toujours apprécié cette qualité chez toi.
      - Je… Luna… A vrai dire, ça fait quelques jours que je ne suis pas honnête avec toi. Et ce n’est pas bien. Tu mérites mieux que ça.
      - Qu’est-ce qu’il se passe ? J’ai fait quelque chose ?
      - Non, tu es parfaite Luna. Parfaite telle que l’Univers t’a créée. N’en doute jamais. C’est… Il faut que je te dise quelque chose. Parce que je ne peux pas envisager de faire toute ma vie avec toi si je ne suis pas honnête avec la femme que j’ai choisie pour partager ma vie.
      - Je t’écoute.
      - Luna, je…
      - Al noooooon, ne fait pas ça !!!

      4us06c8jbo4g.jpg

      - (essoufflé) Tais-toi !
      - Non mais tu écoutes les conversations maintenant ? Et depuis quand tu cours ?
      - Depuis que je dois t’empêcher de… faire ce que tu allais faire !
      - Excuse-le Luna. Parfois, Charlie est un peu con… Mais… Aïe ! Tu me frappes la tête si tu veux, mais fais gaffe à mon chapeau, j’y tiens !
      - Redis-moi ça pour voir et je te réduis ta précieuse casquette en bouillie. Luna, tu connais Al, c’est un pitre. Il dit souvent n’importe quoi ! (essoufflé) Je te jure que si tu me refais courir, je te tue. Tu es prévenu.
      - Non mais genre… Bon tu vires là ? Luna et moi, on discutait de choses importantes. Donc, ce que je voulais dire…

      ouzmbbondm0h.jpg

      - Oh non, Al, tu n’as pas fait ça ?
      - Euh, fais quoi ?
      - Je sais ce que tu vas me dire.
      - Ah… bah… Écoute, ça ne change strictement rien ent…
      - Ne me dis pas qu’on va sortir en boîte ce soir.
      - Euh… oui, mais ce n’est pas ce que je voul…
      - Al voulait te faire la surprise, mais tu le connais. Il ne sait pas tenir sa langue.
      - Mais… vous allez me laisser parler tous les deux ou bien ?
      - (chuchote) Al, tu vas tourner 1000 fois ta langue bien pendue dans ta belle gueule d’ange et tu vas ravaler ce que tu voulais dire.
      - (chuchote) Mais je ne peux pas lui mentir sur Miss Westenra ! Elle va finir par le savoir !
      - (chuchote) Si tu omets, tu ne mens pas. Si tu lui dis, tu vas te retrouver célibataire mon gars. Finis les petits bisous passionnés et le pelotage le soir.
      - Mais je ne la pelote pas le soir ! Tu me prends pour qui ?
      - Oh non chouchou, je ne suis pas prête pour ça. On en a pas parlé mais… Ohlala, c’est gênant. Finalement, je crois que je vais dormir avec Ana et Lilith ce soir. Ça vaudra mieux.

      ttmjvqchd5ub.jpg

      - Charlie, je vais te tuer très lentement pour la honte que tu viens de m’infliger… et pour les câlins de ce soir qui vont m’être sucrés…
      - De rien, c’était cadeau.
      - Enfoiré…
      - Tu aurais pu me dire que tu comptais me faire sortir ce soir. Je pensais qu’on allait juste rendre visite à Lilith et Caleb. Que va dire ton père ?
      - Qu’on doit profiter de notre jeunesse. Luna, faut te détendre un petit peu. Tu ne vas pas mourir parce que tu vas te déhancher sur la piste de danse ou chanter au karaoké.
      - Oh non, tu ne veux pas me voir danser ou m’entendre chanter, crois-moi.
      - Luna, tu fais de la danse classique. Tu danses sûrement très bien.
      - Oh non non non, crois-moi, c’est une catastrophe !!! Ma prof de danse prie tous les jours pour que j’arrête. Elle me met toujours derrière au gala de danse pour qu’on ne me voie pas ! Si je reste, c’est uniquement pour les copines.
      - Luna, on s’en tape que tu danses bien ou mal. Le principe, c’est de s’amuser, de prendre du bon temps. Ça nous fera du bien.
      - Je préfère encore tenir compagnie à Vladislaus et Dracula. Je peux rester avec eux ?
      - Tu préfères être avec Dracula plutôt qu’avec moi ? Non mais je rêve là… Ce maudit vampire met déjà le bazar dans mon couple…
      - (chuchote) Sa fille a bien mis le bazar aussi ceci-dit.
      - Charlie ?
      - Oui ?
      - Ta gueule !

      houe86hy68rv.jpg

      - Luna, à moins que p’pa vienne te rechercher, ce qui semble compromis parce qu’il va certainement s’amuser bien comme il faut avec Agnès, tu es coincée. Tu viens avec nous à l’outre-tombe.
      - Mais… Ils ne me feront jamais rentrer. Tu as vu comment je suis habillée ?
      - Lilith va t’habiller et te maquiller pour la soirée. T’inquiète.
      - Mais tu as vu ce qu’elle met ?
      - Vampirette s’habille très bien. Dis tout de suite qu’elle est …
      - Sexy. Avoue-le Charlie. Même moi qui ne suis pas attiré par elle, je la trouve sexy et je me rince l’œil à chaque fois tellement elle est bien faite.
      - Mais je ne veux pas être sexy moi !!!
      - (soupir) Au pire, tu mettras ta robe avec les licornes pour ce soir, ça ira très bien.
      - Mais je ne l’ai pas prise !
      - J’y ai pensé pour toi. Je savais que tu ne voudrais pas des affaires de Lilith. Charlie n’aura qu’à user du contrôle mental pour te faire entrer et ça ira très bien.
      - Hey, je n’ai pas dit que je le ferais ! Tu me prends pour qui ?
      - Pff, comme si tu ne l’avais jamais fait pour toi et Nounours quand vous étiez adolescents. Vu la honte que tu m’as fichu, tu as plutôt intérêt à faire ce que je dis ! Sinon, je te dématérialise et te lâche dans le vide ! Et crois-moi, ce n’est pas une menace en l’air.

      p70a9b3vsb9t.jpg

      - Quel caractère. Vous êtes certains de ne pas être frères tous les deux ?
      - J’ai des doutes parfois… Si ça se trouve, je suis le fils de parrain et c’est moi qui vais me faire posséder par Méphistophélès une fois qu’il sera mort.
      - Sinon, hmm… dis-moi… Tu n’aurais pas sauvé Albrecht d’une situation très embarrassante ?
      - C’était si évident que ça ?
      - Un peu oui. Il lui cache quoi exactement ?
      - Crois-moi, tu ne veux pas savoir et ce n’est pas important. Bon, pas que je m’ennuie, mais c’est tout comme. On se rentre à l’appart’, on mange vite-fait et on décolle pour Forgotten Hollow. On retrouvera Cal, Dja’ et Lilith là-bas.
      - Je suppose qu’on doit te dire « A vos ordres chef ! »
      - C’est bien, tu comprends vite Blondie. Al, Luna, on décolle !
      - Ouais ouais, on arrive.

      m3fr80ca70eq.jpg

      - Allez viens ma petite lune. Sinon, Charlie va piquer sa crise.
      - Al ?
      - Oui ?
      - Tu… Tu ne vas pas me quitter si… enfin si on ne… enfin… si ce soir…
      - Si on ne fait pas l’amour ? C’est ça que tu veux dire ?
      - Euh… oui voilà. Ohlala, c’est gênant.
      - Luna… Je ne suis pas avec toi pour ça. Tu le sais ça quand même ?
      - Oui, mais… Enfin… Ce n’est pas que je n’y ai jamais pensé, à tout ça, mais… j’ai peur et…
      - Écoute, j’attendrai des années, voir le mariage s’il le faut. Ça ne changera rien entre nous. Ça se passera quand ça sera le bon moment pour toi. Et pas tant que je n’obtienne ta permission.
      - Ma permission ?
      - Jamais je ne manquerai de respect à une femme. Chacune mérite d’être choyée comme un trésor précieux.
      - C’est tellement mignon. D’où te vient ce profond amour des femmes ?
      - J’ai été élevé comme ça. Chez les Faust, le respect des femmes passe avant tout. Et ça le sera toujours. Par contre, tu me feras plaisir sur une chose ce soir.
      - Euh, je dois te promettre quoi ?
      - De lâcher-prise et de te permettre de t’amuser ce soir. Tu mérites bien ça après tout ce que tu as traversé. Promets-moi d’essayer au moins.
      - Je… c’est promis… J’essaierai…

      Pied-à-terre d’Isadora Van Helsing, Quartier de la mode, San Myshuno

      v3513z3kdm8v.jpg

      1obrkt9kafbp.jpg

      pt01zbb9km0w.jpg

      f268tztfnsj8.jpg

      - Voilà, ce sera la tenue parfaite pour ce soir. Assez stylée pour une sortie et assez confortable pour un éventuel combat avec Dracula. Même si je doute très fortement qu’il y soit… Ce n’est pas grave. Ça me donnera l’occasion de mettre mon poing sur la tronche de cette tête à claque. Je parie que je recevrai une médaille pour ça.

      dfdemjakkkky.jpg

      d1abz7y8qm0h.jpg

      - ça fait tellement d’années que tu es morte maman. Tout ce qu’il me reste de toi, c’est ce collier. Tu aurais dû le donner à Myria ou à Lorenz. Je me ferai certainement tuer très jeune comme toi ou comme papa si ça continue. Est-ce que notre haine des vampires vaut vraiment la peine ? Moi-même je ne suis pas normale. Je le sens. Comme ces cheveux qui sont devenus argent sans que je comprenne le pourquoi du comment… Je ressemble à une vieille. C’est peut-être le signe que je dois faire ma dernière chasse et arrêter, avant qu’il ne soit trop tard.

      o4eeca2xb4xc.jpg

      gvvtp80es6jb.jpg

      pdhbc2sfk6qp.jpg

      - Une dernière chasse pour mon aïeul Abraham et pour maman. Vous serez vengé pour l’affront qui vous a été fait, je vous le promets. Dracula sera bientôt enfermé pour ses crimes, même si je dois mourir pour ça.

      vic1lmt1aczh.jpg

      - Ne sois pas stupide Isa. Tu ne peux pas mourir. Myria et Lorenz ont besoin de moi. Ils sont encore trop jeunes pour se débrouiller tout seul. J’espère que je n’ai pas fait une bêtise en les laissant livrés à eux-mêmes à la maison. Il faut que je m’assure qu’ils vont bien.

      tcafom6g6yyv.jpg

      - Allez, décroche Myri…

      Appartement des Van Helsing, Amsterdam, Pays-Bas

      ddzu3cpnz8eq.jpg

      uqum34mguzp1.jpg

      - (sonnerie)
      - Alors, si je mélange le chlorure de potassium avec…
      - (sonnerie)
      - Oui oui, deux secondes. Il faut que je finisse mon expérience.
      - (sonnerie)

      xzrqeu1qpzeo.jpg

      - (s’éclaircit la gorge) Monsieur Lorenz Van Hellsing à l’appareil. A qui ais-je l’honneur ?
      - Lorenz ? Tu devrais être couché à l’heure qu’il est… Où est Myria ? Et c’est quoi cette voix de lover que tu viens de prendre ?

      7o71yw5nsewt.jpg

      - Ahhhh, salut Isa ! Quelle surprise…
      - J’imagine oui… Tu profites déjà que j’aie le dos tourné pour ne pas te coucher à l’heure.
      - Mais je n’ai même pas école demain.
      - Ce n’est pas une raison ! Tu n’as que 9 ans. Tu es au moins douché et en pyjama j’espère ?
      - Euh… non…
      - Lorenz !
      - Ce n’est pas juste ! Myri, elle peut sortir avec son mec et moi, je suis coincé dans mon lit avec un pyjama ridicule, c’est ça ?
      - Donc, Myria est sortie et t’a laissé tout seul.
      - Je ne suis pas tout seul. Je suis avec Frimousse.
      - C’est un chat Lorenz ! Comment veux-tu qu’il te défende si tu te fais attaquer ?
      - Qui voudrais-tu qui m’attaque ? Je vois mal un vampire venir chercher les Van Helsing. Sauf s’ils sont fous ou débiles… voire les deux…
      - Je savais que j’aurais dû vous prendre avec moi en voyage.

      xgfk7116p7mf.jpg

      - Mais non, on se débrouille très bien tout seuls. Profite de tes vacances sans nous.
      - Je ne suis pas en vacances ! Je traque Dracula.
      - Si tu le dis. N’empêche, tu voyages au frais de la princesse. J’espère que je pourrai voir du paysage aussi plus tard.
      - Lorenz, je fais un dernier boulot et puis, on arrête tout ! Ce travail a tué papa et maman. Je ne veux pas vous perdre pour une querelle entre vampires et humains.
      - Bof, si ça se trouve, en faisant un mauvais mélange, je risque de mourir en explosant l’appartement là, maintenant, tout de suite.
      - Explos… Lorenz ! Ne me dis pas que tu fais une expérience !
      - Ah ? Je ne vais pas te le dire alors. Mais t’inquiète, je gère. Tu vas le retrouver entier l’appart’. N’oublie pas que je suis le petit génie des sciences. Il y en a dans ma belle caboche.
      - Ne commence pas à te vanter s’il te plaît.
      - Je n’y peux rien si je suis beau et intelligent à la fois !

      dy0e5c9loq9z.jpg

      - (soupir) On verra si tu seras toujours aussi beau avec de l’acné plein ta face dans quelques années.
      - Ahhhh, mais tu sors d’où ?
      - Je viens de rentrer.
      - Tu es pire que Frimousse. Je ne t’entends jamais arriver.
      - J’adore te surprendre.
      - Toi aussi tu risques d’être surprise. Dis bonjour à Isa.
      - Elle est… rentrée ?
      - Non, je suis au téléphone ! Mais ça ne m’empêchera pas de te crier dessus !
      - Ohla, si c’est pour ça, moi je repars dans l’autre sens. Traquer Dracula te met d’une humeur.

      oms4xy0obe3m.jpg

      - C’est plutôt l’Ordre qui m’a mise de mauvaise humeur. Cette Audrey Huntington est une sale gosse capricieuse. Je n’avais qu’une envie : la décapiter avec mon katana pour qu’elle la boucle… Et je ne parle même pas de son fils qui m’a dragué comme un gros lourdaud.
      - En même temps, tu es belle Isa. C’est normal que les mecs te draguent. Et puis, moi j’aimerais bien avoir un beau-frère. Je me sentirais moins seul. Je suis le seul mec depuis la mort de papa.
      - Crois-moi, tu ne voudrais pas d’un beau-frère comme ça. Ces Huntington sentent la traîtrise à plein nez. Elle a menacé de vous faire du mal si je ne faisais pas ce qu’elle me demande. Je devais traquer Dracula et me voilà mercenaire à la botte de l’Ordre.
      - C’est pour ça que le quartier est surveillé par l’Ordre des chasseurs ?
      - Quoi ?
      - Tu es sûre de toi Myri ? Moi je n’ai rien vu.
      - Parce que tu ne remarques jamais rien Lolo, à part ton nombril.
      - Hey, il est très beau mon nombril !

      yrbl7utkj7dn.jpg

      - J’ai fait semblant de rien pour ne pas éveiller les soupçons mais… Tu es certaine que ce n’est pas toi qui a demandé une protection rapprochée ?
      - Pas du tout ! Je sais que vous pourriez vous défendre s’il le fallait. Papa vous a bien entraîné et Lorenz a l’avantage de ses inventions et autres bidules bizarres pour se sortir d’affaire.
      - C’est de la chimie Isa ! De la CHI-MI-E ! Si ce n’est pas toi qui a demandé, alors pourquoi ils sont autour de l’appart ?
      - Soit un vampire s’apprête à nous attaquer en l’absence d’Isa…
      - Soit Oméga travaille de concert avec l’Ordre des chasseurs pour que je m’abaisse à faire le job qu’elle m’a demandé. Les traîtres ! Moi qui pensais qu’on pouvait avoir confiance envers nos semblables. Tu parles ! On ne peut faire confiance qu’à nous-même… Papa avait raison.
      - Isa, je sais qu’on n’a pas du tout la même opinion là-dessus, mais je pense que tu devrais parler à Dracula dès que tu le trouveras. Ça vaut la peine d’avoir sa version des faits.
      - On a déjà discuté de tout ça. Tu connais ma position.
      - Qui te dit que l’Ordre des chasseurs nous a dit la vérité sur la mort d’Abraham, notre aïeul ? Ou même sur la mort de maman ? J’ai toujours senti qu’il y avait quelque chose de pas clair là-dedans.
      - Dracula a mis la honte sur notre famille, point. Et il a tué maman !
      - Si Papa t’a mis en garde et qu’il voulait qu’on sorte de l’ordre des chasseurs, c’est qu’il y a une raison Isa. A papa, on peut faire confiance !

      pa2abfxqwos0.jpg

      - Promets-moi d’au moins repenser à ce qu’a dit papa.
      - (soupir) D’accord, mais tu sais que ça ne changera pas mes projets.
      - Et nous, on fait quoi de notre côté ? J’ai l’impression d’être gardée à résidence, et ça ne me plaît pas du tout.
      - Jolie façon détournée pour dire qu’on est prisonnier Myri. J’avais compris tu sais ! Je n’ai que 9 ans, mais je ne suis pas débile…
      - Il va falloir trouver un moment pour que vous quittiez l’appartement. Vous allez semer les chasseurs chacun avec vos talents. Toi Myria, avec la dissimulation. Lorenz, en faisant un joli cocktail explosif.
      - Je peux ?
      - Oui, pour une fois, tu as la permission.
      - Ouais ! J’ai toujours rêvé de faire un joli feu d’artifice en plein cœur d’Amsterdam !
      - Ensuite, vous irez vous planquer à l’endroit convenu.
      - Tu veux qu’on laisse notre héritage ? Papa et maman adorent cet appartement !
      - Myria, je refuse que quiconque vous fasse du mal. Vous ferez ce que je vous dis. Ensuite, vous prendrez des faux-papiers que j’ai fait préparer, ainsi que deux billets d’avion pour San Myshuno. Je les avais réservé au cas où. Je pense que vous serez plus en sécurité avec moi que seuls. Et en attendant, je ferai ce que me demande cette mégère d’Huntington. Ça vous laissera de la marge.
      - Mais…
      - Je sais que vous avez tous vos amis et toi ton petit copain ici, mais nous serons plus forts tous les trois ensemble.
      - Je le ferai, mais à une condition Isa.
      - Myria, tu fais ce que je te dis et tu ne discutes pas.
      - Je suis assez grande pour commencer à prendre mes propres décisions. Soit tu acceptes mon deal, soit je reste ici avec Lorenz.
      - (soupir) Qu’est-ce que tu veux exactement ?
      - Tu me laisses faire ma première traque avec toi et quand on aura Dracula, tu me laisseras lui parler. Après, s’il s’avère qu’il a réellement tué maman et Abraham, on fera ce qu’il faudra pour laver l’honneur de la famille.
      - Myria, la chasse de vampires, ce n’est pas un jeu !
      - Je sais tout ça.
      - Tu n’es pas préparée pour ça !
      - Papa et maman m’entraînent à ça depuis que je suis toute petite. Si tu ne me laisses pas venir, je ferai cavalier seul de toute façon. A toi de voir…
      - (soupir) Tu commences à attraper mon caractère.
      - Ah non hein ! Ça suffit d’avoir une sœur insupportable sur le dos. Alors deux… Si c’est ça, je change de famille !

      88wiw0c3ld5v.jpg

      uxk0o3n27hsv.jpg

      - Tu as pensé à prendre un billet d’avion pour Frimousse au moins ?
      - Pour Frim… Mais non !
      - Il fait comment pour nous accompagner ?
      - Débrouillez-vous pour lui trouver une autre famille.
      - Ah non, je n’abandonne pas Frifri ! Soit il vient avec nous, soit je reste ici.
      - Vous vous êtes donné le mot ma parole ! Bientôt Myria va me dire qu’elle veut emmener son mec avec elle.
      - Bof, c’est bon. Je me trouverai bien un autre petit copain aux États-Unis.
      - Ah, c’est pour ça que tu es rentrée si tôt. Tu t’es fait larguer comme une vieille chaussette.
      - C’est moi qui l’ai planté comme une vieille chaussette. Je ne perds rien, c’était un petit con…
      - S’il t’embête, je peux le faire exploser si tu veux. Comme ça, ça fera un con de moins sur terre.
      - On ne fait exploser personne.
      - Je lui ai déjà explosé le nez avec mon poing de toute façon… Il a essayé de me peloter. Il a dû croire que j’étais une fille facile. Manque de bol pour lui, il est tombé sur une Van Helsing.
      - Note pour moi-même pour plus tard. Faire attention si la fille en face de moi est une chasseuse de vampires avant de tenter quoique ce soit avec elle.

      yjxwpulichrd.jpg

      - Faites attention à vous et tenez-moi au courant dès que vous serez à la planque. Je vous aime.
      - Nous aussi on t’aime Isa.
      - Ouais ouais…
      - ça t’aurait écorché de dire à Isa que tu l’aimes ? Ça ne m’étonne pas que ton mec t’a largué…
      - JE l’ai largué ! J’ai du mal avec les sentiments… Ce n’est pas mon truc.
      - Du coup, on fait comment pour se barrer d’ici avec Frimousse ?
      - Tu comptes vraiment l’emmener ?
      - Bien sûr que oui. C’est mon chat. Hors de question que je l’abandonne. Il serait triste sans nous. Il est de notre famille.
      - Hmm, on va finir notre année scolaire. Après tout, il nous reste moins d’un mois. Et chaque soir, après l’école, on préparera la liste du strict nécessaire pour partir. Par contre, pour Frimousse, ça va être tendu… Comment l’emmener sans être ralenti et semer les chasseurs ? Ce ne sont pas des débutants. S’ils traquent des vampires, on va avoir bien du mal à les semer.
      - ça craint d’être un Van Helsing. Déjà que ça craint d’être différent…
      - Pourquoi tu dis ça ?
      - Au fond de moi, je sens que je suis spécial. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais c’est comme une évidence. Comme si à un moment donné de ma vie, j’allais déclencher quelque chose qui est en moi.
      - Tu réfléchis trop Lorenz. Je crois que tu devrais dormir.
      - Je crois qu’après tout ce qu’Isa nous a dit, je ne vais pas trouver le sommeil.
      - Alors viens regarder un film avec moi. Je l’ai piqué dans la médiathèque de l’ordre des chasseurs.
      - Faut que tu arrêtes de voler Myri, ce n’est pas bien.
      - Ce n’est qu’un dvd. Ils ne vont pas mourir parce qu’il est manquant, si ?
      - Je suppose que tu as raison.

      m71504mzwqrc.jpg

      - Mais… c’est quoi ?
      - ça Lolo, c’est un film qui explique la traque et l’annihilation d’un vampire mineur.
      - Mais où tu as eu ça ? Ouais, ne dis rien, tu me l’as déjà expliqué… Le maître des chasseurs va t’envoyer une hurlante s’il se rend compte de ton petit « emprunt ».
      - A vrai dire… j’ai piqué plusieurs dvds.
      - Je me disais aussi…
      - Je suis une Van Helsing, je fais ce que je veux. S’il n’est pas content, c’est encore pareil.
      - Ouais, si tu le dis…

      ary634ux2uhz.jpg

      o1xcdhxnjf5b.jpg

      - Finalement, je crois que je vais aller me coucher. Euh non, réflexion faite, je ne pourrai plus jamais dormir de ma vie du tout !!! C’est horrible !

      8rhhw4pxcsub.jpg

      - N’est-ce pas…
      - Comment tu fais pour continuer à regarder ? Rien que d’entendre ce vampire hurler, ça me donne froid dans le dos. Je…
      - Tu es triste pour lui, je me trompe ?
      - Oui… Désolé d’être faible mais…
      - Tu n’es pas faible. Tu as ce qu’on appelle du discernement. C’est normal d’avoir de la compassion pour lui. Quand je regarde ça, ça me rappelle à quel point nous sommes différents des vampires que l’on traque.
      - Tu veux dire quoi par là ?
      - Les vampires chassent les hommes pour survivre et les tuent parfois. Alors que nous les chasseurs, tout comme l’inquisition, sommes des monstres déguisés en Saints. On se cache derrière l’argument de la gloire de Dieu pour torturer et tuer par plaisir. Et tu sais quoi Lorenz ? Ça me rend malade !
      - C’est pour ça que tu veux parler à Dracula ? Pour mieux le comprendre ?
      - Non, pour avoir enfin la preuve que c’est l’ordre des chasseurs qui a supprimé nos parents. Et si Dracula confirme mes soupçons, je ferai tout pour détruire cette institution qui nous a pris nos parents ! Foi de Myria Van Helsing !

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :