• Episode 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    ÉPISODE 7 Ce n'est qu'un au revoir

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

    Vous voyez cette expression malicieuse ? Ça, c'était le signe que quelque chose était en préparation. J'avais très vite appris à décrypter les expressions faciales de mon chéri. Avec Al, c'était limite une question de survie. En fonction de ça, je savais si je pouvais moi aussi le taquiner, lui tenir tête ou faire profil bas en lui laissant son espace. Quand il était mélancolique, submergé par une émotion, entrain de réfléchir ou particulièrement fier du coup qu'il prépare (comme ici), il avait une lueur singulière dans le regard.

     

    Par contre, si un jour, vous le voyez avec le regard fixe et dénué d'expression... un conseil: fuyez et le plus loin possible. Parce que ça signifie deux choses. Soit il est en colère (team colère froide) et il cherche tous les moyens disponibles pour vous punir pour vos méfaits. Ça passe par la torture généralement, et je peux vous assurer qu'il est sacrément créatif. Croyez-moi, vous ne voulez pas vous faire hanter à vie par Faust le hanteur et sa clique d'esprit et de veilleurs. Soit vous faites partie des gens considérés comme insignifiants (traduisez "que tu existes ou pas, ça m'importe peu") et il se mettra à rêver à toutes les façons possibles de vous tuer... sans se mouiller, car c'est tellement plus simple de laisser quelqu'un d'autre faire le sale boulot. Je crois qu'un jour, je le mettrai baron du crime. Ça lui irait tellement bien.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Enfin, la prochaine fois que je vois son air malicieux, je crois que je vais prendre l'option fuite. Clairement, je n'étais pas prête à ce qui allait m'arriver lors de cette séance de spiritisme.

     

    - Al... chéri... il y a des choses bizarres qui se passent.

    - T'inquiète. Je gère.

    - Je n'en doute pas, mais... (paniquée) Tu lévites, c'est normal ?

    - Chut et laisse-toi porter un peu. Ce soir, je vais tenter un truc hyper méga cool.

    - "hyper méga cool" ? Qui dit encore ça aujourd'hui ? Tu vis à quelle époque ?

    - La mienne. C'est la meilleure. Celle dans laquelle tout le monde devrait vivre.

    - Tss, idéaliste toi-même.

    - (ricane) on se ressemble. C'est pour ça qu'on a matché direct tous les deux. Tu es prête pour une expérience paranormale ?

    - Comment ça ? Ah mais non !

    - Au lieu de paniquer, ferme les yeux je te dis. Inspire, expire et relax.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - C'est bien parce que c'est toi...

    - Tu sais que tu peux me faire confiance.

    - Euh... c'est une question piège ?

    - Tu me fais confiance ou pas ?

    - (soupir) oui mais... hiiiiiii, chéri !

    - Chut...

    - Tu es transparent !!!

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - J'ai réussi ! Youhou !

    - Ah non, pas de youhou. Tu es mort Albrecht ! Je vais faire quoi moi sans toi ?

    - Vivant ou mort, tu crois vraiment que je te laisserais ? Désolé de te le dire, mais maintenant que je t'ai, je ne te lâche plus d'une semelle, mort ou vif.

    - Il est mort et ça le fait rire. Tu es complètement dérangé.

    - C'est pour ça que tu m'aimes avoue.

    - Non, pas vraiment...

    - Relax, on est pas mort. Je me suis souvenu des explications de p'pa sur la physique quantique. J'ai cogité dessus et je me suis dit qu'il était certainement possible d'hausser assez nos vibrations pour nous rendre impalpable temporairement. C'est trop cool ! La magie, c'est de la science en fait.

    - Comment ça "on" ?

    - Hmm ?

    - "on est pas mort"

    - Je ! Je voulais dire "je"

    - Albrecht Merlin Faust ! Tu m'as transformée en esprit ! Je te...

    - C'est ultra cool hein

    - ...DÉTESTE !!!

    - Ah non, pas la boule de cristal. Elle m'a coûté une blinde !

    - Mais... Rha !

    - Ahah, tu ne peux pas l'attraper !

    - Tu m'énerves ! Quand on redeviendra matériel, je te jure que je l'utiliserai comme projectile. J'espère que tu esquives bien.

    - J'espère que tu as appris à lancer entre-temps, je dis ça...

    - Si c'est comme ça, je m'en vais !

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Lamé, reviens...

    - Charlie a raison. Tu n'es qu'un... une sale fouine, voilà !

    - J'étais obligé de te cacher ce rituel.

    - Obligé ? Ben voyons.

    - Si je te l'avais dit, tu aurais stressé comme une dingue et seul moi me serait retrouvé spectral. Tu n'aurais pas pu profiter de cette expérience.

    - La notion de consentement, tu connais ?

    - Bien sûr que je la connais ! On a bien failli ne jamais se mettre ensemble tellement j'attendais le feu vert pour t'embrasser.

    - Pour te donner la permission, il aurait fallu que je sache que c'était toi qui m'envoyait des lettres d'amour anonymes.

    - Oui... bon... j'avoue que j'ai été un poil trop subtil.

    - Non, tu crois ? Une chance que de mon côté, j'ai fini par être un peu moins subtile.

    - (sourire béat) Je m'en souviens encore...

    - Comment un homme comme toi peut être à la fois mature et aussi gamin sur certains trucs, ça me dépasse.

    - Faut bien que le gardien et le veilleur en moi s'expriment à parts égales.

    - La bonne excuse.

    - Allez, reviens. Je vais inverser le rituel tout de suite si tu veux. Je n'ai pas envie que tu sois fâchée contre moi.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Et pour me faire pardonner, je vais t'emmener ce week-end à Del Sol Valley.

    - Comment tu as fait ?

    - Je te dis, j'ai quelques sous de côté. J'ai économisé comme un malade. Je peux me permettre de te faire des surprises.

    - Non... là, pour la rose. Comment tu fais pour la prendre ?

    - Je ne vais pas te le dire, sinon je risque de me recevoir la boule de cristal en plein sur mon pif. Déjà qu'il n'est pas très gracieux... j'aimerais éviter que tu me le casses, en cas de lancer gagnant.

    - ...

    - Mais où tu vas ?

    - CHEZ CALEB !!!

    - Mais qu'est-ce que j'ai dit encore ? Je l'invite en week-end, je lui offre une rose et elle est toujours fâchée. Je ne comprendrai jamais rien aux femmes Guidry.

    - Je crois, mon jeune ami, que tu ne comprends rien à la nature humaine tout court.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Pour une fois, Al m'a laissé extérioriser ma frustration à l'extérieur de cette maison de malheur. Mais une gaffe de sa part ne venant jamais seule... Al, penaud, avait vite inversé le rituel pour moi. Ma grande asperge était intelligent, drôle et certainement l'occultiste le plus doué de sa génération, mais... il avait un grand souci avec le timing... je me suis retrouvée, en chair et en os, en plein milieu de Forgotten Hollow, pile à côté de Vladislaus. Je crois que je n'ai jamais couru aussi vite de toute mon existence. Et j'ai failli courir dans le sens inverse, sous les crocs de Vladislaus, quand j'ai vu Al faire joujou avec tous les objets de la maison. Je lui en ai à moitié voulu, car j'ai pu remarquer que je pouvais utiliser ça pour simuler la télékinésie pour Charlie dans les âmes immortelles. Pour une fois que les expérimentations magiques de mon veilleur sont utiles...

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Pour se faire pardonner, il m'a emmené en week-end dans un motel à Del Sol Valley, l'endroit où tous les sims VIP se retrouvent. Et ce que j'avais prévu qu'il arriverait arriva. Je crois que je devrais me reconvertir médium. Voyez-vous, Al en imposait. 1m97... bon... 75kg tout habillé, mais une carrure assez large, une voix et une attitude qui lui donnait beaucoup de présence. Et avec son look, Al ne passe jamais inaperçu. Mais il avait un côté midinette refoulé qui ressortait parfois. Surtout quand il croisait des stars d'antan. Alors, imaginez l'état de mon chéri quand il s'est retrouvé en présence de Brittany Cho, grande actrice des années 70.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Il y a quelques semaines, nous avions déjà eu la chance de rencontrer Judith Ward lors d'une sortie à San Myshuno. Il s'avère que la grande Judith avait rendez-vous ce soir là avec... Vladislaus. C'était tellement improbable qu'Albrecht est resté sans voix durant de longues minutes. Honnêtement, on était loin de s'imaginer que Vladislaus, vampire austère et plutôt posé, ait des rencards avec des actrices, et pas la plus moche en plus.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Judith Ward était connue pour être une diva inaccessible et Albrecht était bien déterminé à profiter de ses relations avec le comte vampire pour obtenir un souvenir. Judith a refusé l'autographe malgré tout, mais il a eu droit à des photos, ainsi qu'une longue conversation avec elle. Enfin, c'est plutôt elle qui a dû supporter les longs monologues de mon chéri.

     

    - Alors, si vous pouviez prendre cette pose, comme ça. Génial Judith, ne bougez plus, vous êtes parfaite !

    - Bien entendu que je suis parfaite. Quelle évidence !

    - Maintenant que je sais votre secret, je comprends comment vous êtes restée belle aussi longtemps. Moi qui croyait à de la chirurgie esthétique.

    - (chuchote) et c'est quoi son secret ?

    - Avoir dans ses amants un vampire.

    - (interloquée) De quoi ?

    - Nan rien... et voilà, c'est parfait.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Vladislaus, mon cher, votre petit protégé a intérêt à être aussi bon que vous me l'avez vanté.

    - Albrecht a un don pour la photographie mon amie.

    - J'ai fait ce que j'ai pu avec mon portable, mais ça rend pas si mal. Garanti sans filtre.

    - Mais c'est incroyable ! Quel talent vous avez.

    - Imaginez ce que je peux faire avec mon matos habituel. Une séance en studio un de ces quatre, ça vous dit ?

    - Si vous êtes capable de me rendre encore plus belle que je ne le suis là, ce sera avec plaisir.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Albrecht, je t'apprécie grandement mon garçon, mais...

    - Oh oui, j'ai compris. Je m'en voudrais de gâcher une soirée romantique.

    - Enfin chéri...

    - Oh, ça va. Si je ne peux plus taquiner mon tonton adoré.

    - J'ai été ravie de faire votre connaissance.

    - Mais moi de même Judith.

    - Si tous les jeunes hommes étaient aussi cultivés et de bon goût que vous. Vous avez de la chance d'avoir un mari aussi délicieux.

    - Je vous le prête une semaine et vous me direz si vous me trouvez encore chanceuse à ce moment-là.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Cet épisode à San Myshuno m'avait montré les talents de charmeur de mon homme, mais ici... avec Brittany Cho, je le voyais sous un tout autre angle. Une véritable groupie. Sur le moment, j'avais peur qu'il soit déçu. Ici, il n'y avait pas Vladislaus pour nous présenter. Mais à ma grande surprise, madame Cho était totalement accessible et profondément sympathique. Non seulement ils ont énormément parlé ensemble, mais en plus, il a eu droit à un autographe.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Et en prime, un selfie. Je commençais par croire que mon mari était né avec une sacrée bonne étoile au-dessus de son berceau. Parce que là, ce n'était plus du hasard, mais de la chance insolente. Bref, le week-end commençait superbement bien. Voir Al sourire réellement, avec cœur, et non pour faire "comme si", ça n'avait pas de prix.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Et une bonne nouvelle ne venant jamais seule...

     

    - J'y crois pas ! Elle m'a signé un autographe. Regarde !

    - Jolie photo. Elle est encore plus belle en vrai ceci-dit.

    - Ça, on l'encadre en rentrant et on l'accroche au mur !

    - Dommage que Judith ait refusé la dernière fois.

    - T'inquiète. J'arriverai bien à la faire céder, contre quelques photos la faisant paraître 20 ans de moins.

    - Tu as un contrat avec elle ?

    - Nop, par contre...

    - Quoi ?

    - Devine qui a eu son certificat d'enquêteur paranormal.

    - Tu... ce n'est pas une blague j'espère ?

    - Guidry et moi, on voulait te faire la surprise (sors le papier) je suis officiellement diplômé médium.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - C'est génial ! Je suis si fière de toi. Je suis certaine que ton père sera ravi de la nouvelle.

    - Hmm...

    - J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ?

    - Non... ça va...

    - Je connais cette lueur toute triste.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - (soupir) J'aimerais que ma maman soit fière de moi.

    - Elle est fière de toi. Elle t'aime énormément tu sais.

    - Hmm...

    - Qui pourrait ne pas t'aimer ?

    - Je peux te faire une liste longue comme le bras si tu veux.

    - Oui, enfin si tu me listes tous les sales rats sans lesquels le monde se porterait mieux aussi... Ceux-là, ils ne comptent pas dans le décompte.

    - Je lui en veux d'être partie alors que j'avais besoin de ma maman.

    - Je sais...

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    - Je sais que ce n'est pas pareil, mais moi, je suis fière de toi.

    - Tu crois que nos enfants le seront aussi ?

    - Euh... comment ça nos enfants ?

    - Si on fonde une famille, on ne va pas faire les choses à moitié. Il faut au moins 3 ou 4 Faust de plus dans ce monde.

    - Un, ce sera déjà bien. De toute façon, hors de question de faire des enfants dans une bicoque hantée.

    - Vu que tu en parles... on va pouvoir ressortir les cartons.

    - Al, qu'est-ce que tu as manigancé encore ?

    - J'ai juste pris quelques rendez-vous pour visiter des locations à San Myshuno. Tu vois, j'ai retenu ce que tu m'as dit sur le consentement.

    - (rire) je râle souvent, mais j'irais n'importe où avec toi.

    - Même dans la jungle tropicale, avec les serpents ?

    - Oui bon... presque n'importe où.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    En attendant de pouvoir acheter un bien, c'était à San Myshuno que nous allions vivre une vie relativement paisible. En tout cas, elle sera certainement mieux que celle qu'on s'est coltiné des semaines à Forgotten Hollow.

     

    Après quelques visites, nous avons arrêté notre choix sur un appartement dans le quartier des épices. C'était le coin le plus animé, avec un marché sur la place et des brocantes tous les premiers dimanche du mois. L'appartement était plutôt bien agencé, malgré les souris et cafards qu'il faudrait déloger, et les soucis de conformité. Mais on savait qu'on ne resterait pas bien longtemps ici. Enfin, moi je le savais. Albrecht était profondément attaché à Windenburg, mais surtout à Meinhard et Agnès.

     

    EPISODE 7 : Ce n'est qu'un aurevoir

     

    Il était temps de laisser cette vieille bicoque hantée faire sa vie sans nous. Guidry nous manquerait, mais quelque chose me disait que ce n'était juste qu'un au revoir. Un jour, il ferait à nouveau partie de notre vie. Que serait une famille Faust sans son fantôme attitré ?

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Mars à 09:03

    On en apprend de belles dis donc, sur Vladislaus ^^. Je ne savais pas qu'il était intime à ce point avec Judith Ward glasses

    En tout cas, c'est chou de voir Al en mode "fan service" à Del Sol Valley.

    C'est beau l'amour : qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour toi. Vous avez enfin déménagé à San Myshuno... Même si bon, cela va être très transitoire pour un futur domaine à Windenburg... XD.

    (et la petite, au fait ? Tu es revenue sur ta décision de l'adopter ?)

    C'est sympathique en tout cas de te suivre dans tes aventures avec Al. On voit que tu t'amuses bien avec ces deux-là. ♥♥♥

      • Lundi 29 Mars à 09:37

        Bah écoute, j'ai eu Vladislaus et Judith Ward au même endroit.  Du coup, j'ai imaginé qu'ils faisaient une sortie ensemble.  Pourquoi pas après tout ^^  ça casse le mythe du vampire solitaire, terré dans son manoir.

         

        Je suis obligée de mettre Al en fan absolu, car à chaque fois qu'il voit une célébrité, il sautille comme une puce. Et Lamé à côté qui s'en fiche royalement (ce qui me ressemble bien ceci-dit)

         

        Pour la petite, ils vont être famille d'accueil un temps, et après elle retournera avec sa maman.  Elle est souvent triste et dit que sa maman lui manque :(  Du coup, j'ai pas le cœur de les séparer définitivement.

    2
    Lundi 29 Mars à 10:20

    Un moment, je me suis demandée si Al avait prévu ce petit trip à Del Sol pour lui ou pour Lamé?  Qu'il est mignon en fan :D  C'est vraiment charmant de voir que peuvent cohabiter des côtés tout à fait différents en lui, j'aime beaucoup cette idée de facettes si éloignées l'une de l'autre dont il est fait.

    Un chouette chapitre encore, je me suis bien amusée :p

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :